Buzz télé

Depuis une semaine, la séquence d'ONPC entre la chroniqueuse Christine Angot et l'ex-secrétaire nationale du parti EELV Sandrine Rousseau ne cesse de faire parler d'elle. Beaucoup se sont en effet offusqués de la violence de la scène. A tel point que France 2 a elle aussi été contrainte de réagir et de s'expliquer sur sa gestion de la "crise" puisqu'elle a conservé les images des larmes de Sandrine Rousseau mais n'a pas diffusé le départ mouvementé de sa chroniqueuse.

Cette fois, c'est la principale intéressée qui a réagi au magazine Télérama. Christine Angot revient sur la manière dont elle a vécu l'altercation. Pour rappel, cette dernière s'est mise hors d'elle en entendant Sandrine Rousseau expliquer qu'une cellule contre le harcèlement et les violences avait été mise en place avec "des gens formés pour accueillir la parole'". 

"Ce n'est pas ça qui aide", réaffirme-t-elle, elle a qui a été victime d'inceste lorsqu'elle était jeune. "Ce que je conteste, c’est le choix du système, des procédures, des formats, des schémas. C’est ce que je veux dire par : 'on se débrouille' en réponse à 'comment on fait ?'. On se débrouille. On ne nous laisse pas le choix. Il ne faut pas aider les gens, ce n’est pas assez, il faut les sauver. Le lien qui se crée avec un psychanalyste peut sauver. Car une grande souffrance n’est jamais strictement personnelle, et la psychanalyse le sait, ça." 

"Je me suis dit que je quittais l'émission définitivement"

Mais, de son propre aveu, ce n'est pas cette expression qui l'a faite quitter le plateau. "Je commençais à parler, et j’ai entendu des huées, à plusieurs reprises. A la télévision, il y a du public et un chauffeur de salle pour l’ambiance. Mais les huées se sont reproduites, je ne pouvais plus parler, ma tête s’est vidée. Je n’y arrivais plus, alors pourquoi rester sur le plateau ? A ce moment-là, je me suis dit que je quittais l’émission. Définitivement. Je ne suis pas là pour y occuper une place, je m’en moque. Et c’est Catherine Barma, la productrice, qui est venue me voir, j’étais retournée dans ma loge, dans un état de détresse, en larmes. Et c’est elle qui m’a convaincue que je pouvais retrouver mon calme, ma concentration." Christine Angot était en effet réapparue en plateau 15 minutes après en être partie.

Même si elle a subi un flot de critiques, Christine Angot ne regrette pas ce qu'il s'est passé. "Je ne peux pas regretter. C’est de la télévision, il n’y a pas de répétition, il y a un risque, même s’il y a un montage après l’enregistrement. C’est comme ça, c’est un moment."