Buzz télé

Ce n'est pas la première fois que Fox News, la chaîne de télévision la plus regardée des Etats-Unis, publie de fausses informations ou invite de faux experts.


Souvenez-vous, il y a deux ans, juste après l'attentat contre Charlie Hebdo, Fox News faisait intervenir un "expert" qui expliquait qu'il y avait des no-go-zones à Paris. Nolan Peterson, "spécialiste des zones de conflit", expliquait sans se démonter que certains quartiers de Paris étaient interdits aux non-musulmans et vivaient sous le principe de la charia... La chaîne avait été contrainte de présenter ses excuses.

Deux ans plus tard, voilà que Fox News refait le même genre de boulette en invitant un expert qui n'en est pas un. Pour parler de la situation en Suède, un certain Nils Bildt, était interrogé par Bill O'Reilly sur l'immigration et la sécurité en Suède.

Celui-ci a notamment déclaré que "les Suédois étaient incapables de reconnaître les inconvénients liés à l'arrivée de migrants dans le pays. Nous sommes incapables d'intégrer ces gens", expliquait-il dans des propos retranscrits par Slate.

Malheureusement, celui qui avait été présenté comme "conseiller à la Sécurité et la Défense nationale suédoise" semble être inconnu au bataillon. Le ministère de la Défense suédois et celui des Affaires étrangères ont confirmé à un journal suédois qu'ils ne le connaissaient pas.

Ceux qui auraient dû être ses collègues au sein de la même spécialité semblent également n'avoir jamais entendu parler de lui.

S'il est bel et bien analyste, il n'aurait jamais été conseiller à la sécurité et la défense, comme il l'a affirmé. Le principal intéressé explique pourtant que ce n'est pas lui qui a choisi la manière dont il a été présenté par la chaîne. Une explication un peu bancale puisque Bill O'Reilly l'a introduit oralement en ces termes et que l'"expert" n'a pas réagi. 

Il n'en fallait pas plus pour que les twittos se moquent de la chaîne qui semble plus être intéressée par l'idée de trouver des gens qui vont raconter des choses qui vont dans leur sens plutôt que de réels experts qui formuleraient un avis contraire à leurs croyances.