Buzz télé On le sait : les équipes de Yann Barthès ne sont pas les bienvenues lors des meetings du FN. Les journalistes de Quotidien (et auparavant du Petit journal) se font systématiquement rembarrer par les équipes de Marine Le Pen et ne sont d'ailleurs jamais accrédités aux événements organisés par le parti d'extrême droite.

Mais, cette fois, une altercation a eu lieu au salon des entrepreneurs, un endroit où des politiques issus de plusieurs partis se trouvaient (notamment François Fillon). La présidente du parti frontiste avait fait le déplacement à 14h30. Des journalistes ont alors tenté de l'interviewer sur plusieurs sujets.

Mais lorsqu'elles ont vu le micro de Quotidien, les équipes du FN ont sans doute vu rouge. Pourtant, Paul Larrouturou et son cameraman étaient accrédités et avaient donc parfaitement le droit de poser des questions, au même titre que n'importe lequel de leurs collègues.

Malgré tout, le journaliste de Quotidien a été agrippé par plusieurs gardes du corps qui l'ont violemment mis dehors. Ses "lâchez-moi" n'ont pas été entendus. Plusieurs minutes plus tard, l'homme est de nouveau rentré, bien décidé à défendre ses droits élémentaires. De nouveau, deux hommes l'ont empêché de passer prétextant qu'un "officier de police lui avait demandé de sortir". Encore une fois, les gardes du corps ont usé de violence contre le journaliste n'hésitant pas à le pousser avec force contre la porte pour qu'il quitte l'endroit.

Mécontent, Paul Larrouturou aurait (mais on n'entend pas ses propos dans la vidéo) "mal parlé" à une femme sans doute membre du staff de Marine Le Pen. Les deux gardes du corps ont alors failli en venir aux mains le menaçant en ces termes : "reparle encore comme ça à une femme et....".

Une altercation violente filmée par un autre média qui montre un usage disproportionné de la force envers un journaliste qui ne faisait que son travail...

Comme toujours, Yann Barthès livrera sans doute les détails manquants dans l'émission de ce soir.