Buzz télé Depuis son arrivée dans On n’est pas couché, Vanessa Burggraf, nouvelle chroniqueuse de l’émission, est la cible préférée des médias.

Encore récemment, la journaliste était annoncée sur le départ par le magazine Closer qui avançait que celle-ci allait être remplacée par Apolline de Malherbe, journaliste politique de BFMTV, la saison prochaine aux côtés de Yann Moix.

Face à toutes ces rumeurs, la petite protégée de Laurent Ruquier a voulu mettre les pendules à l’heure sur le plateau de Quotidien sur TMC. "Il était temps que je parle. J’avais besoin de m’installer et de prendre le temps. C’est un exercice très difficile, je m’en suis un peu pris plein la gueule mais comme tous les chroniqueurs qui sont passés par cette émission. À un moment donné, j’en ai eu marre que les autres parlent à ma place", explique la chroniqueuse qui souligne toutefois l’importance des critiques.

"C’est compliqué de trouver le bon équilibre et d’avoir de la répartie. Parfois on en manque, on se plante et on se prend des claques. Cela fait partie du job […] Que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans la presse, c’est violent. […] J’ai même supprimé l’application de mon téléphone portable, je ne veux plus en entendre parler."

La journaliste a également démenti les bruits comme quoi la productrice d’On n’est pas couché lui avait demandé de mettre des décolletés : "C’est aberrant , s’est-elle agacée. J’ai 45 ans et quinze ans de carte de presse. Avant que quelqu’un vienne m’expliquer comment je dois m’habiller, il y a un peu de chemin. Je suis très libre, très indépendante et je n’ai pas ma langue dans ma poche."