Après la mort, se laisser manger par les animaux

L.Be Publié le - Mis à jour le

Insolite Il y a quelques années, le naturaliste Bernd Heinrich, professeur à l'université du Vermont, a reçu une lettre d'un collègue mourant. En dernière volonté, l'homme désirait que son cadavre soit accroché dans un arbre pour être dévoré par les rapaces et les coyotes. Le professeur n'a pas accédé à la requête de son ami. Cependant, suite à cette étrange demande, il a voulu en savoir plus sur cette forme de recyclage du vivant, rapporte The Walt Street Journal.

C'est ainsi qu'à plusieurs reprises il a accroché à sa fenêtre des carcasses d'animaux afin d'étudier comment les autres, bien vivants, se nourrissaient des restes. Dans son dernier livre Life Everlasting: The Animal Way of Death, il fait part de ses observations. Les détails ne manquent pas. "Les meilleurs passages du livre sont les descriptions évocatrices de bêtes en décomposition et les insectes, oiseaux et mammifères qui se nourrissent de ces cadavres en putréfaction" explique-t-il au Seattle Times.

Bernd Heinrich a ainsi montré comment la vie se nourrit de la mort dans le cycle du monde animal dont l'homme fait partie. "On tue des animaux par milliards et en même temps on retire pour toujours des ressources naturelles pour bien d’autres. Pas un seul animal n’a le droit de nous consommer, même après notre mort. Pas même les vers," semble-t-il regretter.

Le naturaliste a donc pris sa décision. A l'instar de son défunt collègue, il veut que sa dépouille repose dans une simple boite au pied d’un arbre. Les vers et les corbeaux pourront ainsi se nourrir de son corps.

Publicité clickBoxBanner