Insolite

Une momie égyptienne du musée russe de l'Ermitage, présentée jusqu'alors comme celle d'une chanteuse, s'est avérée un homme castré, un cas exceptionnel pour l'Egypte ancienne, ont indiqué mardi des experts à l'issue de nouvelles analyses.

"Le fait que l'homme a été castré nous a beaucoup surpris. Ce n'était pas une pratique courante en Egypte. C'est unique", a souligné Andreï Bolchakov, chef du département de l'Orient ancien du célèbre musée de Saint-Pétersbourg (nord-ouest) lors d'une conférence de presse.

Le musée de l'Ermitage possède depuis 1929 une collection de huit momies égyptiennes, dont notamment deux sarcophages datant des années 725-525 avant Jésus Christ. Elle comprend celle d'un homme chargé de sacrifices qui était le chef des portiers du pharaon et celle d'une femme noble, chanteuse dans le temple d'Amon-Râ.

Le célèbre musée a présenté mardi des résultats d'analyses de la momie attribuée comme "chanteuse", datant du premier millénaire avant notre ère, réalisés à l'aide d'un appareil tomographique, une technique de radiologie permettant d'obtenir des plans de coupe.

Ces examens effectués par le musée et un hôpital de Saint-Pétersbourg ont relevé que ce n'était pas une femme mais un homme âgé de 35 à 40 ans, d'une taille d'un mètre soixante, qui a été castré soit après sa mort soit quand il était encore vivant.

"Les momies emmaillotées se ressemblent et on les confondait souvent", a justifié Andreï Bolchakov.

"L'examen tomographique est toujours très intéressant et important, cela nous permette d'apprendre des détails qu'il était impossible d'éclaircir autrement, par exemple quel âge avait cette personne ou quel était son état de santé", a dit M. Bolchakov.

"L'homme a souffert de maladies des articulations mais il avait des très bonnes dents, sans aucun carie", a ajouté Viatcheslav Ratnikov, médecin de l'hôpital No122 qui a participé aux analyses.

L'Ermitage, fondé en 1764, est le plus grand musée du monde, avec plus de 60.000 pièces exposées et près de trois millions d'objets conservés dans les réserves du musée.