Le village olympique, paradis du sexe

JC et J. Lgg. Publié le - Mis à jour le

Insolite Si sur le devant de la scène, les sportifs semblent avoir une hygiène de vie exemplaire, il n'est pas rare qu'ils s'octroient des moments de détente. Et lors des Jeux, le village olympique, cette infrastructure destinée à héberger toutes les délégations, se transforme parfois en lieu de débauche.

Dans un article intitulé "les secrets cochons" et paru dans le magazine ESPN, certains athlètes professionnels et à la retraite entravent la règle qui veut que "ce qui se passe au village reste au village". La footballeuse américaine Hope Solo, par exemple, explique avoir assisté à des scènes assez surprenantes lors des derniers JO. "J'ai vu des gens coucher à l'air libre, sur les pelouses, entre les bâtiments, les gens se lâchent et deviennent dirty (...) J’ai vu des gens faire l’amour en plein air."

Elle ajoute que le sexe est très présent dans l'esprit des athlètes. "Sans discipline, le village peut facilement vous distraire. Dans ce type d'événements qui ne vous arrive qu'une seule fois dans votre vie, vous voulez vous créer des souvenirs, aussi bien sexuels, festifs que sportifs."

Brandi Chastain, une autre footballeuse américaine, aujourd'hui à la retraite, se souvient avoir été choquée par l'attitude de sportifs français à Atlanta, en 1996. Lorsqu'elle est entrée pour la première fois dans l'une des salles à manger, elle a fait face à un spectacle des plus surprenants. "Il y avait deux handballeurs français vêtus de chaussettes, de chaussures, de coquilles de protection, de cravates et de chapeaux qui se nourrissaient mutuellement debout sur une table. On s’est dit Mon Dieu, c’est quoi cet endroit?"

Lors des JO de Sydney, en 2000, pas moins de 70.000 préservatifs avaient été commandés pour fournir le village olympique. Tous avaient trouvé preneur en moins d'une semaine. Cette année, les organisateurs londoniens en ont commandé 100.000...

Publicité clickBoxBanner