Insolite C'est ce qu'on appelle de la récupération, ou un buzz au carré. Un nouveau candidat se lance dans la course à la présidentielle française, dont l'issue aura lieu le 7 mai: il a 18 ans, il est originaire de Bretagne et en est très "fier", il s'appelle Nolan et, oui, vous le connaissez : il s'agit du jeune homme qui avait giflé l'ancien Premier ministre Manuel Valls lors du déplacement de celui-ci à Lamballe, dans les Côtes-d'Armor.

Pour ce nouveau compétiteur, pas de direct sur le plateau de TF1 (ni d'ingénieur du son, d'ailleurs) : il a choisi sa propre chaine YouTube. Nolan s'exprime devant un fond bleu ciel incrusté tout en lisant un prompteur de fortune installé juste à côté de l'objectif. Il a ainsi tourné deux vidéos d'autopromotion (sans aucune équipe de professionnels de la communication, visiblement).

Et ça marche: à l'heure où nous écrivons ces lignes, 8.000 personnes ont aimé sa page Facebook et ses vidéos ont été visionnées presque 7.000 fois chacune.

Depuis Paris, Nolan revient sur cette gifle, un acte qu'il n'avait "pas prémédité": "Je pense que le geste de la gifle a déclenché ma décision." A l'instar d'un hybride Macron, Nolan ne se sent d'aucun bord politique: "Je suis pour le peuple", déclare-t-il en dénonçant la "mascarade" qui l'a poussé à la violence.

Il en profite, aussi, pour dévoiler les premières lignes de son programme. Délicieux: "Une nouvelle République", (...) "la suppression du salaire à vie des élus", "la liberté totale d'internet" et le retour "à la monnaie souveraine". Populiste, vous avez dit ?

Sur l'échiquier politique, donc, sa position n'est pas aussi éclectique, surtout quand on sait qu'il a le soutien de son ami... Dieudonné.

© Tweet

Pour rappel, Nolan a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travail général, une décision qu'il conteste en appel.