"Rafalca" fait-il honte à Romney ?

Publié le - Mis à jour le

Insolite “Rafalca”, le cheval de Ann Romney, participe aux JO. Mitt l’adore, mais refuse de le dire. Pourquoi ? Parce que l’équitation est un sport de riche et Romney voudrait bien se débarrasser de cette embarrassante étiquette de ‘candidat multimillionnaire’.

C’est du moins la thèse défendue par les médias américains qui s’interrogent de cet ‘intérêt déclinant’ du républicain à l’égard du monde très sélect du dressage, communément appelé ‘horse-ballet’. "Uune sujet de consternation pour les conservateurs et de crise de rire pour les libéraux", juge CNN. "L’existence de cette pouliche délicate prouve une fois de plus que Romney est totalement décalé des intérêts de l’électeur moyen", ajoute Donald Gross, professeur de sciences-politiques à l’University du Kentucky.

Alors que les Démocrates s’apprêtaient à faire de Rafalca le personnage central d’une série de spots publicitaires moquant le candidat républicain, Barack Obama lui-même y aurait mit le holà. Ann Romney a en effet expliqué ce week-end que le dressage avait, pour elle, eu des vertus thérapeutiques dans son combat contre la sclérose en plaque et le Président s’était déjà exprimé clairement sur l’interdiction imposée à son équipe d’utiliser les membres de la famille de son adversaire pour ridiculiser sa candidature. L’animal reste malgré tout l’objet de moqueries sur le net ; il a même son compte Twitter (@RafalcaRomney). Son créneau: “I dance for Mitt Romney so you don't have to”.

Ann Romney et son cheval de dressage "Rafalca" (photo: Photo News)

 

De plus, les médias qui se sont emparés de la thématique ne lâchent pas le morceau et révèlent que le couple Romney a dépensé 77.000$ cette année pour les soins et la nourriture du cheval : "une somme plus importante que ce que gagnent de nombreux Américains en une année" commente le site buzzfeed.com. Larry Sabato, directeur du Centre Politique de l’Univeristé de Virginie enchaîne, sur CNN : "C’est typiquement le genre de cas où le candidat décide de soutenir son épouse dans une activité alors que l’ensemble du staff sait que c’est une mauvaise idée. Il ne faut pas être un fin stratège politique pour déceler que c’est une mauvaise idée. Ce ne serait pas une mauvaise chose que Rafalca n’obtienne pas de médaille..."

De la performance de l’animal pourrait également dépendre l’annonce du nom du vice-président, tant attendue: Ann ne quittera pas Londres tant que sa tendre pouliche est encore en compétition. Or, si la performance est concluante ce vendredi, l’animal reste en course, au minimum jusqu’au 8 août. Et Ann resterait donc dans la capitale britannique. L’annonce du ticket présidentiel étant l’un des moments clés d’une campagne à l’investiture suprême, peu de chance qu’elle ait lieu en l’absence de la First Lady en devenir.

C.Gri.

Publicité clickBoxBanner