Insolite The Shaggs se produiront en concert aux États-Unis en juin pour la première fois depuis plus de 15 ans.

L’histoire de The Shaggs, c’est celle de trois sœurs du New Hampshire, aux États-Unis, qui ont vécu l’enfer dans les années 60 avant de devenir un groupe culte des décennies plus tard. Et en juin, le groupe va se reformer pour un festival américain, plus de 15 ans après s’être retrouvé un première fois.

Auteurs d’un seul disque, Philosophy of the World sorti en 1969, Helen, Dorothy et Betty ont connu la célébrité grâce à Kurt Cobain pour qui elles font partie des cinq groupes qui l’ont le plus influencé. Et aussi grâce à Frank Zappa qui a dit d’elles qu’elles étaient meilleures que les Beatles. Aujourd’hui, les exemplaires originaux de leur album se négocient parfois 5.000 dollars ! Rien pourtant ne les prédestinaient à une telle reconnaissance… que du contraire. Les trois sœurs chantent faux et jouent tout aussi faux!

Quelle mouche les a donc piquées pour qu’elles se mettent à la guitare, à la batterie et au chant ? C’est leur père qui les a forcées à cause de sa mère et de ses dons de voyance. En lui lisant les lignes de la main, elle lui fait trois prédictions. Très superstitieux, il constate que les deux premières se réalisent. Il croit donc dur comme fer que la troisième, qui veut que ses filles seront des rock stars, va également devenir réalité. En 1968, il oblige Helen, Dorothy et Betty à prendre des instruments, à composer des chansons, à participer à des concours et à se produire localement en concert.

Mais le talent n’y est pas et les trois filles d’Austin vivent un enfer au quotidien. Pour parvenir à ses fins, leur père leur impose une discipline de fer. Déscolarisées, elles sont cloîtrées à la maison, sans sorties, sans amis, sans amoureux. L’une d’elle parviendra à se marier en cachette tout en continuant à habiter la maison familiale, mais fusil en main, le gendre sera chassé. Elles ont beau faire de leur mieux pour échapper à la colère de leur père, c’est à chaque fois un désastre.

Pour lancer leur carrière, Austin décide de leur faire enregistrer un album. C’est chose faite en 1969 mais le disque est la risée des radios et ne passe pas à l’antenne. Bref, c’est à nouveau un fiasco.

Pour les trois sœurs, la libération viendra en 1975 avec le décès inopiné de leur père victime d’une crise cardiaque à 47 ans seulement. Le groupe se dissout instantanément. Mais l’histoire n’en reste pas là. Quelques années plus tard, un label réédite Philosophy of the World. Curieusement, les critiques s’en emparent. Certains dénoncent un canular, d’autres crient au génie. Parmi ces derniers, Kurt Cobain et Frank Zappa, excusez du peu.

La suite, ce sont des rééditions à gogo de ce même album sous la forme de Best of, des documentaires qui leur sont consacrés, leurs chansons qui s’invitent dans les B.O. de films, un album hommage fait de reprises des Shaggs, un spectacle à Broadway racontant leur histoire, etc. Jusqu’à une première reformation temporaire en 1999 et celle récemment annoncée pour le mois de juin. Curieux destin que celui du pire groupe du monde…