Société

"Ils sont venus nous chercher, ce matin tôt. On dormait encore. Ils se sont mis à nous crier dessus dans cette langue que personne ne comprend en nous poussant dans un camion. […] Le camion a fini par s’arrêter devant un bâtiment froid et puant, où on est tous entassés maintenant. […] Moi, je sais bien comment ça va se finir, je ne suis pas naïf. Mais qu’est-ce que je peux faire ? A part attendre qu’il vienne me chercher, lui là, avec son couteau et son tablier de moins en moins blanc… " Le texte est dit d’une voix blanche dans un silence de mort. C’est la nouvelle campagne choc de Gaia. Un spot radio efficace, tendancieux aussi.

En optant pour l’anthropomorphisme - c’est un mouton qui "parle", avant de se faire égorger lors de la fête de l’Aïd de ce mardi - Gaia place l’auditeur dans une position intenable. Un mouton ne parle pas, n’envisage pas la réalité comme nous, ne comprend évidemment pas "cette langue que personne ne comprend" (l’arabe). En faisant qui plus est, inconsciemment ou non, référence aux pires heures du XXe siècle - où des êtres humains ont été emmenés, dans des camions et des trains, à l’abattoir - voilà quasiment placés sur le même pied Shoah et abattage rituel musulman… Benoît Menetret, créatif de l’agence "Famous" en charge de la campagne, dit n’avoir pas pensé à la Shoah, "même si on a eu quelques remarques là-dessus". "On voulait faire référence à ce qui peut se passer un peu partout avec des journalistes ou des touristes qui se font enlever ou à la série "Homeland".

Effet garanti

Avec ce spot, Gaia ne surfe-t-elle pas aussi, à la veille des élections, avec un thème porteur pour l’extrême droite ? On se souvient qu’en 2012, Marine Le Pen avait imposé le sujet du bien-être animal en pleine campagne présidentielle pour stigmatiser les communautés musulmanes… Une fois encore, "Famous" se défend : dans le briefing de Gaia, "il était demandé de ne pas prendre parti dans les problèmes religieux".

Reste que, diffusé au nord comme au sud du pays, ce spot a été conçu, sinon pour choquer, du moins pour retenir l’attention. D’où sa longueur (une minute) et son dépouillement : un texte lu sans bande-son par une voix inconnue (et non celle d’un comédien habitué des spots radio), "pour créer la surprise". Effet garanti. Le message de Gaia aux responsables politiques, à qui elle demande d’imposer l’étourdissement avant l’abattage rituel, sera-t-il entendu ? "Famous" a en tout cas envoyé à nombre d’entre eux sa campagne sur clé USB.