Société

La Fédération allemande des pédiatres a averti mardi des dangers de l'achat de lait maternel via internet. Sa vente commence à augmenter mais n'est pas sans danger. Qu'en est-il chez nous et pourquoi une telle déclaration?

L'allaitement maternel devient parfois un produit de vente. Des sites pullulent sur le web, surtout aux Etats-Unis, pour les mères en quête de lait maternel afin d'en acheter à celles qui en produisent trop. Si l'idée d'aider des mères dans l'impossibilité d'allaiter est louable, proposer à son nourrisson du lait « étranger » n'est pas sans risque.

Lilianne Gilbert, conseillère pédiatre à l'ONE souligne que « Le lait maternel acquis de particulier à particulier n'est pas stérilisé, sans compter que la mère donneuse n'a pas fait d'analyse sanguine. La transmission de maladies via le lait de la mère donneuse est probable pour l'enfant qui en boit. Dans les cas les plus graves, il peut s'agir du VIH mais d'autres infections sont possibles. De plus, même si la mère se trouve être en bonne santé, le lait peut être contaminé à cause d'un mauvais transport: pas de réfrigération, etc... »

En Belgique, il n'y a pas de possibilité pour les particuliers qui souhaitent acheter du lait maternel pasteurisé. Néanmoins, pour les mères qui possèdent trop de lait, une solution est possible: les dons de lait en hôpital. Deux facteurs les limitent néanmoins: le prélèvement de sang couplé à l'état de santé de la mère donatrice. Pour donner son lait, la démarche consiste à se rendre dans un lactarium. Mais ces derniers ne sont pas présents dans tout les hôpitaux car ils nécessitent un espace de stockage important. Quand c'est possible, la mère donnera son lait dans l'hôpital où elle a accouché car les informations sur son état de santé sont directement accessibles pour l'hôpital.

Selon Christiane Dewyngaert, responsable de la banque de lait de l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, « A l'heure actuelle, l'hôpital n'utilise que des dons internes directement de la mère à son enfant, pour qu'il soit toujours allaité lors de son hospitalisation. Néanmoins, certaines mères nous font des dons de lait supplémentaire, mais uniquement lorsqu'elles ont accouché chez nous, car nous avons leur fiche de santé et leur traçabilité. Ce lait suit bien sûr des procédures très strictes de traitement. »

Le lait pasteurisé sera d'une qualité un peu moindre que s'il est directement sorti du sein. Mais il annihile les risques de contamination. La mutuelle rembourse entièrement l'achat de ce lait, mais son utilisation sert uniquement aux prématurés de l'hôpital. Les particuliers ne peuvent pas venir acheter ce lait.

N'oublions pas que pour beaucoup de femmes qui ne peuvent allaiter, une des solutions reste aussi le lait en poudre ou pour nourrissons.