Société

L'ancien président François Hollande remporte le Grand prix 2017 de l'humour politique pour l'ensemble de ses traits d'humour, a-t-on appris mardi auprès du Press Club de France, qui organise ces remises de prix.

Ce prix, créé en 1988 et décerné par un jury de journalistes et d'humoristes présidé par Nelson Monfort, doit être décerné mardi soir à l'ex-chef de l'Etat, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Connu pour son humour et très souvent nommé par le Press Club pour ses "hollanderies", notamment durant son passage à l'Elysée (2012-2017), François Hollande est récompensé pour plusieurs phrases prononcées depuis 2016: "Toutes les décisions que je prends, je les prends seul avec moi-même, dans un dialogue singulier", "Heureusement que le Canard enchaîné est un hebdomadaire et pas un quotidien, sinon imaginez où on en serait avec Fillon !", "Aujourd'hui, je suis à deux doigts d'être aimé" ou encore "Je salue Christiane Taubira... Sa voix peut porter, même quand elle ne dit rien".

François Hollande succède au palmarès à l'actuel ministre de l'Economie Bruno Le Maire qui, alors qu'il était candidat à la primaire de droite pour la présidentielle de 2017, avait remporté le Grand Prix 2016 pour sa petite phrase "Mon intelligence est un obstacle".

Le Prix spécial du jury est par ailleurs décerné au ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, pour sa sortie, pendant la campagne présidentielle: "J'ai refusé d'être candidat car j'avais peur d'être au second tour".

Un autre Prix du jury est attribué à Brigitte Macron, qui ne devrait pas assister à la cérémonie, pour: "Le seul défaut d'Emmanuel, c'est d'être plus jeune que moi".

Voici les meilleures punchlines sélectionnées pour ce cru 2017 :

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics :

- "On ne fera pas toujours ce que dira le Medef". (Libération le 31/08/2017)

Richard Ferrand, Secrétaire général de "En marche" :

- "Fillon et Le Pen pourront bientôt faire du co-voiturage pour aller voir le juge d'instruction". (Le Monde le 28/02/2017)

Aurélie Filippetti après sa défaite aux législatives de 2017 :

- "Maintenant, je vais recommencer à travailler". (Le Parisien le 10/07/2017)

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur :

- "Avant de choisir qui il va soutenir, Borloo aime bien savoir qui sera le vainqueur". (Le Point le 7/9/2017)

Yannick Jadot, député européen EELV réagissant aux images d'Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre :

- "C'était Toutânmacron !". (France Inter le 7/05/2017)

Alain Juppé :

- "J'aime bien aller à la messe parce qu'au moins, pendant une heure, personne ne vous emmerde". (France Info le 6/10/2016).

Jean-Christophe Lagarde, prisédent de l'UDI :

- "La moitié de nos électeurs sont passés chez Macron et je crois que l'autre est déjà en marche". (RTL le 19/02/2017)

Jean-Yves Le Drien, ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères :

- "Je suis une tombe ; et quand on est une tombe, on l'est à vie". (JDD le 7/11/2016)

Brigitte Macron :

- "Le seul défaut d'Emmanuel, c'est d'être plus jeune que moi". (Elle le 17/08/2017)

Emmanuel Macron :

- "Les deux grands partis, c'est l'amicale des boulistes. Mais sans l'amitié et sans les boules." (Le Parisien le 24/09/2016)

Jean-Luc Mélenchon :

- "Si je suis élu, le siècle va commencer en 2017". (Marianne le 20/01/2017)

- "Le PS est le seul zoo de France où les animaux se gardent entre eux". (La Provence le 14/09/2017)

Arnaud Montebourg, ancien ministre :

- "En fin de compte, Benoît Hamon aura fait le meilleur score de tous les écologistes à une présidentielle". (Challenges le 26/04/2017)

Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régionale d'Ile-de-France, à François Fillon :

- "Non François, tu n'es pas seul, nous t'aimons et te protègerons". (A La Vilette le 29/01/2017)

Philippe Poutou :

- "Hollande est satisfait de son bilan; c'est pour cela qu'il le dépose". (Communiqué de NPA le 01/12/2016)

Les "Hollanderies" :

- "Toutes les décisions que je prends, je les prends seul avec moi-même, dans un dialogue singulier". (L'Express le 19/09/2016)

- "Heureusement que le Canard Enchainé est un hebdomadaire et pas un quotidien sinon imaginez où on en serait avec Fillon".

- "Aujourd'hui, je suis à deux doigts d'être aimé". (L'Obs)