D Day: le soldat Castel vous raconte "son" Débarquement sur Twitter et Facebook

Ambroise Carton Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Société

Ce vendredi, le 6 juin, la Normandie sera en effervescence: sur la côte de Nacre, tout ne sera que ballet de chefs d'Etat (on annonce François Hollande, Barack Obama, Angela Merkel, Vladimir Poutine...), commémorations diverses et défilés en costume d'époque. Il y a 70 ans jour pour jour, les Alliés débarquaient sur les plages françaises, marquant un nouveau tournant dans la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les GI's libérateurs, un Français, Louis Castel. Depuis novembre 2013, il raconte sur les réseaux sociaux sa préparation à ce qu'on baptisera plus tard "la plus grande opération aéroportée de tous les temps". À coups de tweets et de statuts Facebook, ce jeune homme venu du passé se met à la hauteur de l'internaute pour raconter "sa" guerre.

En réalité, Louis Castel s'appelle Aurélie Misery... et est community manager pour le Mémorial de Caen. L'objectif de ce soldat version 2.0: faire découvrir la Seconde Guerre mondiale aux plus jeunes... ainsi qu'à ceux qui n'ont pas l'occasion de se déplacer jusqu'en Normandie.

Et, avec les commémorations du "D Day" qui approchent, les publications de Louis Castel se multiplient. "C'est une semaine cruciale pour nous", explique Aurélie Misery contactée par LaLibre.be. "On augmente le rythme. Pour le 6 juin, on fera un 'live tweet' avec des messages pendant toute la nuit du 5 au 6 pour vivre le Débarquement en direct", poursuit-elle dans le brouhaha d'un Mémorial qui ne désemplit pas ces derniers jours.

Deux historiens et un archiviste

"On a eu un gros travail en amont avec deux historiens et un archiviste. Ils ont fourni la matière, moi je réécris", détaille la community manager. Car Louis Castel sait parler à son public: photos, vidéos, coupures de presse, hashtags... Tout est bon pour raconter le "Jour J". Et ensuite? "Suspense!", répond Aurélie Misery. "Vous allez voir ce que notre soldat va devenir. Une chose est sûre: il participera à la bataille de Normandie, ces quelque 10 semaines qui se sont révélées décisives pour la suite du conflit."

Depuis plusieurs mois, le concept plait aux internautes. "On se rend compte qu'il y a un attachement fort au personnage de Louis Castel. Les gens apprécient ce mode de récit. On a un noyau de fidèles. Ces derniers jours, on compte d'ailleurs beaucoup de nouveaux inscrits. Sinon, il y a une cinquantaine de personnes qui réagissent très régulièrement aux publications. La plupart sont âgés entre 25 et 45 ans. Mais on essaye de viser le public le plus large possible."

Certains se prêtent même littéralement au jeu et s'adressent directement à Louis Castel. "Je pense fort à vous", lui confie un fan. "Vous êtes encore à quai ou en pleine mer?", demande un autre qui semble tester au passage les connaissances des historiens cachés derrière le personnage fictif.

Temps forts et vie quotidienne

Avec 22.000 fans sur Facebook et 5.000 followers sur Twitter, le personnage de Louis Castel est un succès. Avec des moments plus intenses que d'autres. "Quand on a annoncé qu'il allait débarquer à Omaha Beach, ça a été un temps fort [plus de 600 "J'aime", NDLR]. Mais on essaye de parler aussi de la vie quotidienne du soldat."

Post by Louis Castel.


"Un puzzle d'histoires vécues"

Quant à savoir si Louis Castel a existé, la réponse est (presque) oui! Celui qui a inspiré le personnage s'appelle Bernard Dargols. Ce "Frenchy" s'était bel et bien engagé chez les célèbres GI's américains (voir son interview dans la vidéo en fin d'article). "Notre scénario est inspiré de son histoire. Il était effectivement à New York en 39, puis il a pris une autre voie que notre Louis Castel. Ce dernier est un puzzle d'histoire vécues, racontées par des vétérans, avec une part de fiction, mais toujours en restant dans un cadre historique. Et s'il s'appelle comme ça, c'est parce qu'on a choisi un prénom et un nom de famille courants à l'époque. En plus, c'est facile à retenir pour des anglophones!"

Publicité clickBoxBanner