De plus en plus de Belges déprimés téléphonent

BELGA Publié le - Mis à jour le

Société

Les six postes francophones de Télé-Accueil, reconnus comme des centres de crise et de prévention au suicide, reçoivent de plus en plus d'appels. De 2009 à 2011, leur nombre a augmenté de 11%, ressort-il mercredi d'un communiqué. Le climat socio-économique actuel expliquerait partiellement cette augmentation. Dans l'ensemble des postes de Télé-Accueil francophones répartis à Bruxelles, Charleroi, Liège, Mons, Namur et Luxembourg, le nombre d'appels reçus par les volontaires est passé de 152.091 en 2009 à 169.375 pour l'année 2011, soit une augmentation de plus de 11% en deux ans, indique le communiqué.

"Les appels viennent d'une population fragilisée et plus particulièrement de personnes aux prises avec des problèmes de délires, de confusions, d'angoisse, d'inquiétude ou encore de paranoïa", indique la fédération des centres de Télé-Accueil. "Dans 50% des cas, il s'agit de personnes âgées de 41 à 60 ans, donc de personnes actives dans la société. Et dans l'ensemble, les femmes constituent les deux tiers des appelants."

L'augmentation des appels s'expliquerait notamment par le climat socio-économique ambiant. "On note davantage d'inquiétudes chez les personnes dont la situation financière est précaire et les mesures d'austérité du gouvernement n'y sont pas étrangères", précise la fédération des centres de Télé-Accueil. Beaucoup de personnes seraient également en manque de repères dans la société actuelle, trop individualiste et tournée vers la performance à tout prix, selon la fédération.

Publicité clickBoxBanner