En Espagne, la « Tupper-War » est déclarée

S.C Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Société

Nous sommes en pleine période de rentrée scolaire. Et dans ce climat morose de crise économique, les ménages ont du mal à faire face aux dépenses, d'autant qu'elles augmentent subitement cette année. Une mère au chômage est en quelque sorte devenue, lundi en espagne, le symbole de toute une lutte. En colère, elle a lancé un Tupperware sur la très controversée présidente de la communauté de Madrid, Esperanza Aguirre. Si elle n'a toutefois pas atteint sa cible, la maman fait parler d'elle sur la toile. Sur Facebook, une page de soutien aux « femmes lançant des Tupperware sur Esperanza Aguirre » a été lancée et sur Twitter, on retrouve de nombreux messages de soutien à la mère de famille.

Pourquoi un Tupperware? L'histoire remonte au mois de juin. Pour faire face aux réductions des aides financières concernant les paiements de la cantine, des associations de parents d'élèves espagnols ont proposé au gouvernement catalan de laisser les enfants emporter leur repas à l'école. Seulement, pour compenser les frais d'entretien du matériel (frigo, micro-ondes, etc.) et la surveillance du réfectoire, les familles sont tenues de verser une compensation financière de près de 3 euros. Cette « taxe tupper » se répercute désormais sur plusieurs régions d'Espagne, comme dans la communauté de Madrid, alors que les bourses aux livres ont été supprimées et l'aide à la cantine diminuée.

"Esperanza Aguirre est en train de privatiser l'école publique", tels sont les mots prononcés par cette mère désespérée, devenue désormais le symbole d'une rentrée des classes marquée par la crise.

Publicité clickBoxBanner