Société

Quelle est la position des Pays-Bas par rapport aux question de société ?

Euthanasie

Le 1er avril 2002, les Pays-Bas sont devenus le premier pays au monde à encadrer et dépénaliser les processus médicaux permettant d’interrompre la vie. Les médecins se doivent néanmoins de respecter plusieurs conditions : la demande du patient (de plus de 18 ans) doit être volontaire, réfléchie et exprimée de façon récurrente. Il doit être informé de son état et ses souffrances doivent être jugées "insupportables et sans espoir d’amélioration". C’est le médecin qui donne son consentement, après qu’un médecin indépendant a été consulté. La mort est provoquée de façon médicale par le médecin, ou par le patient, en présence du médecin. En octobre 2016, le gouvernement libéral-travailliste a déposé un projet de loi controversé, autorisant les personnes invoquant "une vie accomplie" à demander l’euthanasie. En 2015, on a compté 5 500 cas d’euthanasie au Pays-Bas, soit près de 4 % des décès dans le pays.

Avortement

L’interruption volontaire de grossesse est dépénalisée aux Pays-Bas depuis 1981, et remboursée depuis 1984. Les Néerlandais autorisent l’avortement jusqu’à la 24e semaine de grossesse - c’est plus tard que dans la majorité des pays ayant autorisé ou dépénalisé l’IVG. Le nombre d’IVG est bas, aux Pays-Bas, par rapport à d’autres pays. En 2015, quelque 30 000 avortements (pour plus ou moins 20 000 par an en Belgique) y ont été pratiqués. Environ 13 % des patientes venaient de l’étranger.

Mariage entre personnes de même sexe

Les Pays-Bas ont été le premier pays au monde à autoriser, dès avril 2001, le mariage entre personnes du même sexe. Leurs droits et devoirs sont les mêmes que pour les mariés de sexes opposés, y compris l’adoption. Les effets de ces mariages entre personnes de même sexe sont cependant légèrement différents à l’égard des enfants nés pendant le mariage - avec aussi une différence entre couples de femmes et d’hommes. La gestation pour autrui volontaire (et non commerciale) est autorisée sous strictes conditions.

Drogues douces

Tolérance est le mot-clé pour comprendre la politique néerlandaise en matière de drogues douces, légalement distinguées depuis 1976 des drogues dures - totalement illégales. La vente de cannabis est punissable, mais les autorités tolèrent que les quelque 600 coffee-shops en vendent de petites quantités. Sont également tolérées la consommation et la détention (5 grammes maximum), mais l’usage sur la voie publique est interdit. En revanche, la culture "professionnelle" du cannabis et la vente en gros sont illégales. Or, les coffee-shops se fournissent bien quelque part. La Chambre basse a récemment voté pour la légalisation de la culture du cannabis. La proposition de loi devra encore passer au Sénat, après les élections du 15 mars.