Société
Google nous espionnerait-il à notre insu ? Oui et non. 

L'utilisation des traces de géolocalisation est accordée dès que l'internaute a coché " J'accepte la politique de confidentialité". On ne veut pas être suivi et pourtant, toutes nos actions digitales ont un impact sur notre "tracking". La polémique n'est pas nouvelle mais elle prend un tout autre sens lorsqu'on se retrouve face à nos données collectées. 

" Retour sur votre mois de juillet. Dans Google Maps, l'historique de vos trajets vous permet de conserver les informations relatives aux lieux que vous avez visités. Remémorez-vous les lieux que vous avez visités et les voyages que vous avez faits ce mois-ci." Peut-être avez-vous déjà reçu ce mail dans votre boîte Gmail sans y prêter attention. Vous devriez y jeter un coup d'oeil. Pourquoi ? Car ce site vous montrera la plupart de vos déplacements réalisés ces dernières semaines. 

En creusant un peu, L aLibre.be s'est rendu compte qu'effectivement, une grande partie de nos trajets avaient été recensés jour par jour, heure par heure et ce, depuis 2016. Pour un même trajet à quelques minutes d'intervalle, l'une de nos journalistes avait enclenché sa 4G. L'autre avait désactivé l'internet et la géolocalisation plus tôt dans la journée. Pourtant, les deux déplacements ont été recensés chez chacune d'elles. 

Serait-il donc si facile de suivre quelqu'un à la trace ? Pourrait-on espionner une tierce personne si on connaît les identifiants de son compte Gmail ? Oui, tout à fait selon Olivier Bogaert, le commissaire de la Computer Crime Unit, l’unité de lutte contre la criminalité informatique de la police fédérale.

1. Comment Google arrive-t-il à localiser nos déplacements ?

Par exemple, si vous possédez un smartphone Android, c'est très simple de vous localiser. La société, appartenant à Google, récupère les informations du système d'exploitation et les transfère au géant informatique.

Ensuite, la localisation peut également se faire à partir de la puce GPS de votre téléphone. Lorsque vous passez à proximité des antennes téléphoniques, celles-ci captent le signal émis par le GSM. 

Une troisième possibilité est le wifi et la 4G. Peu importe où vous vous connectez, votre smartphone enregistrera ce moment et cet endroit.

Enfin, il faut faire attention aux demandes d'accès des applications. On est un peu fainéant de descendre pour décocher les cases. Et pourtant, l'appareil photo, par exemple, active automatiquement la géolocalisation. Même si vous avez désactivé les données mobiles et l'information de localisation, si vous lancez une application à laquelle vous avez laissé votre accord pour accéder à votre localisation, elle s'enclenche toute seule.

2. Comment empêcher Google de répertorier nos trajets ?

Il vous suffit d'aller dans votre compte Gmail. Vous vous connectez. Un sigle avec vos initiales apparaît en-haut à droite. Cliquez sur "Mon compte". A gauche de votre écran s'affiche "Mon activité". Et là, vous verrez tous les éléments qui permettent de récolter des données pour constituer votre profil. Cela prend un peu de temps, mais il faut faire le tri de cette section. C'est elle qui vous permettra d'empêcher Google et toute autre société marketing de vous envoyer des publicités ciblées. 

Une autre chose à faire est d'essayer autant que possible de décocher l'accès automatique à la géolocalisation lorsque vous téléchargez une application.

Il ne faut pas se leurrer. Le géant américain trouvera toujours un moyen de continuer à vous espionner à travers vos applications et vos actions sur les réseaux sociaux. Mais ce sera déjà moins intrusif.

3. Ce répertoire de trajets est-il explicitement annoncé par Google ?

Oui, tout à fait. C'est présent dans la politique de déclaration. Mais on ne prend pas toujours le temps de tout lire. Or, il le faudrait. Il y a un choix important à faire par rapport à l'intrusion de ce genre de sociétés dans nos quotidiens. Les gens doivent lire des documents, savoir ce qu'ils veulent partager ou pas de leur vie privée.

Par exemple, j'utilise ici un téléphone à clapet, ce n'est pas un smartphone. Ce n'est pas parce que je suis parano. Mais parce que j'ai fait le choix de protéger ma vie. La notion de vie privée a complètement changé. Les jeunes ont trop l'habitude de dire "De toute façon, je n'ai rien à cacher". Ce n'est pas le problème. Il ne faut tout simplement pas que ces informations tombent entre les mains de personnes malintentionnées.

4. A quoi ces informations leur servent-elles ?

Elles servent à voir où vous sortez, quels sont les centres commerciaux à proximité, les bistrots dans lesquels vous allez avec des amis... Tout cela leur permet d'établir un profil : cette personne habite dans tel quartier, dans tel environnement, elle fait telles choses... Cela facilite l'envoi de publicités ciblées.

Ces sociétés veulent et peuvent nous cibler de manière extrêmement précise. Par exemple, Google a établi un contrat avec une société permettant de contrôler le chauffage à distance grâce à son smartphone. Cela n'a rien à voir directement avec la géolocalisation et pourtant... Il croise ces éléments pour donner des informations pointues et établir votre profil. On ne s'en rend pas compte mais c'est à la fois extrêmement complexe et concret.

Envie de faire le test ? C'est par ici.