Société

Cette année, les espérantistes du monde entier fêtent les 130 ans de la langue "la plus simple" du monde. L'occasion de présenter cette langue "universelle" avec l'aide de Valère Doumont, organisateur de la principale rencontre belge d'espéranto.

1. Son inventeur est polonais

© REPORTERS

Ludwik Lejzer Zamenhof, ophtalmo juif-polonais, a créé l'espéranto en 1887. "Son pays faisait partie de l'Empire russe et il était très choqué à l'époque car toute l'administration était en russe. Il a eu l'idée l'idée de créer une langue qui soit plus facile pour tout le monde. A partir de 14 ans, il a donc commencé à y réfléchir et à penser à un projet de langue. Quand il a publié son petit opuscule, il n'a pas signé avec son vrai nom mais il a signé Doktoro Esperanto, "Docteur Espéranto", qu'on peut traduire par "le docteur qui espère". Espéranto est devenu le nom de la langue en raison de ce pseudo."

2. Une langue sans exception

Pour un étranger, apprendre le français peut être un véritable casse-tête entre accents circonflexes, lettres muettes, pluriels de hibou et joujou ou autres joyeusetés. L'espéranto n'a, au contraire, aucune exception.

"C'est une langue pensée sur la façon dont le cerveau humain travaille. Vous apprenez une règle, vous la généralisez à tout. La conjugaison est dans la même veine puisqu'elle est la même pour toutes les personnes, il n'y a pas non plus de verbes irréguliers. De même, les racines des mots viennent des racines les plus internationales. On estime qu'il y a 70% de racines latines, le reste est germanique et il y a un petit peu de slave. L'idée était de diminuer le travail nécessaire pour apprendre une langue étrangère et de prendre les racines qui sont les plus connues. La phonétique est également tout à fait logique. Un son = une lettre, une lettre = un son. Enfin, tous les noms finissent par O. Pour avoir l'adjectif, vous changez seulement par la lettre A. Par exemple, un chien est traduit hundo. L'adjectif canin: hunda. La langue est simple mais elle n'est pas simplifiée."

3. L'espéranto s'apprend vite

Un article du Huffington Post évoquait le fait que l'auteur russe Tolstoï (Guerre et paix et Anna Karénine) aurait appris à lire l'espéranto en deux heures. Une histoire un peu romancée selon Valère Doumont.

© REPORTERS

"Ça fait partie de la propagande du siècle dernier. Tolstoï ne parlait pas l'espéranto mais effectivement les gens qui parlent une langue étrangère et qui ont des bases qui viennent du latin peuvent le maîtriser en quelques dizaines d'heures. De mon côté, je l'ai appris en deux ans en le pratiquant deux heures par semaine. On va dire que je l'ai appris en 150/200 heures de travail."


4. Deux millions de pratiquants

Il existe une association locale d'espéranto dans cent vingt pays et environ deux millions de personnes le pratiqueraient dans le monde même s'il n'est pas évident de tous les répertorier et notamment depuis l'émergence d'internet.

"On connaît une croissance du nombre de locuteurs, en Belgique, on doit être plusieurs milliers, 200 à Bruxelles et à Anvers. Avec internet, ça se développe. On parvient à rencontrer des gens qui ne sont pas dans les clubs et qui ont appris sur internet. Le site Duolingo, qui permet d'apprendre l'espéranto sur le web, a été lancé il y a deux ans et plus de deux millions d'internautes s'y sont inscrits. Il y a quelques années, on estimait qu'un millier de personnes avait l'espéranto comme langue maternelle en Belgique. On doit être aux alentours de quatre mille personnes aujourd'hui. A Anvers, l'une des membres de l'association belge d'espéranto a élevé ses deux filles en espéranto par exemple, ils sont parfait bilingues néerlandais-espéranto." A noter qu'il existe également une application pour apprendre l'espéranto.


5. Bon plan pour voyager

Parler espéranto est également un bon moyen de rencontrer du monde et d'échanger facilement en voyages. Il existe, ainsi, un système de coachsurfing quasiment partout dans le monde. "Je l'ai appris à la base pour voyager au Japon. L'anglais chez eux, n'est pas top, moi non plus je ne suis pas très doué dans la langue de Shakespeare. Grâce à l'espéranto, j'ai beaucoup échangé avec les habitants. Ca peut servir aussi pour avoir accès à des œuvres qui ne sont pas traduites en français mais bien en espéranto. Dans ma bibliothèque, j'ai notamment quelques livres japonais."

6. Une philosophie

Plus qu'une langue, l'espéranto fait également la promotion de valeurs. Une initiative qu'il convient de remettre dans le contexte de l'époque.

"L'espéranto promeut la paix. Il y a bien évidemment une volonté de compréhension des autres. C'est assez important. C'était une époque où le nationalisme en Europe était très présent alors que l'espéranto permet de franchir les barrières, les frontières, rencontrer les autres et essayer de se comprendre. C'est encore un idéal pour beaucoup de personnes. Cet idéal est là autour de la paix, de la tolérance et des rencontres." Un parti politique a même été créé en 2003: Europe Démocratie Espéranto.

7. Herzberg am Harz: la ville espéranto

© REPORTERS

La ville allemande d'Herzberg am Harz, de 14.000 habitants, est sans doute la ville la plus espérantiste du monde. Depuis le 12 juillet 2006, elle a été officiellement reconnue comme la "ville espéranto".

"La ville a choisi de s'appeler la ville espéranto. J'y suis déjà passé une fois. Si vous parlez en rue au hasard, les habitants ne vont répondront pas facilement mais dans les bars, certains cafés ou quartiers, les gens parlent en espéranto, c'est intéressant."

8. Ces entreprises ont choisi un nom en espéranto

De nombreuses entreprises ou associations ont opté pour un nom en espéranto. C'est le cas du festival de musique "LaSemo" qui se déroule dans le parc d'Enghien et qui signifie "La graine". L'entreprise Atingo également. Altingo peut se traduire par "le fait d'atteindre".


→ Un camp d'adolescents autour de l'espéranto est organisé à Rosée en Wallonie fin août. Plus d'informations sur le site de la Verdaj Skoltoj.