Société

Le service d'écoute pour les personnes âgées maltraitées (SEPAM) mis en place à Bruxelles par l'asbl Infor-Homes a recensé une nouvelle hausse du nombre d'appel en 2012, a affirmé vendredi le secrétaire d'Etat à l'Action Sociale et de la Famille au sein de la Commission communautaire française de Bruxelles, Rachid Madrane.

Le nombre d'appels à ce service avait déjà connu une sensible augmentation l'année précédente, est-il ressorti de l'interpellation du ministre par la députée FDF Fatoumata Sidibé, vendredi, au parlement francophone bruxellois.

Selon M. Madrane, le SEPAM a enregistré l'an dernier 924 appels pour des questions liées à la maltraitance des personnes âgées, ce qui représente une augmentation de 10% par rapport à 2011.

En 2011, le SEPAM avait traité 840 appels, soit une augmentation de 20% par rapport à l'année 2010.

Selon Rachid Madrane, les chiffres fournis ne livrent que des données partielles sur la maltraitance des personnes âgées.

"Les appels reçus constituent la pointe émergée d'un iceberg tant il peut être difficile d'évoquer un vécu de maltraitance, plus particulièrement lorsque ce vécu est lié au domicile et met en cause une relation conflictuelle avec des proches", a-t-il souligné.