Société

Ce week-end, "Quid", le supplément de La Libre, s’interroge sur la pratique du tatouage.

Se faire tatouer n’est pas un geste anodin. Tout comme pour les piercings, il s’agit de réaliser les tatouages dans de bonnes conditions pour éviter d’éventuelles complications par la suite. A cet effet, le SPF Santé publique a réalisé une publication à l’usage des professionnels ainsi que des citoyens.

1. Existe-t-il des risques pour la santé ?

Oui, s’il est effectué dans de mauvaises conditions, le tatouage comporte des risques pour la santé, tels que des infections bactériennes de la peau ou du cartilage, le tétanos, des infections virales (notamment les hépatites et le sida). Les pigments des encres peuvent aussi parfois provoquer des réactions allergiques.

2. Quelles sont les contre-indications ?

Si vous êtes enceinte, si vous souffrez d’hémophilie, d’allergie, d’une maladie cardiaque, d’une diminution du système immunitaire ou d’infections à répétition, il faut consulter au préalable votre médecin.

3. Quelles sont les bonnes pratiques ?

- Je ne me tatoue pas sur un coup de tête, pour "faire comme les autres" sans avoir pris le temps de la réflexion.

- Je ne me tatoue pas sur un marché, une foire, un festival, un salon, à domicile ou ailleurs que dans un local spécialement aménagé. J’opte pour un salon de tatouage agréé et contrôlé par le SPF Santé publique.

- Je ne me laisse pas tatouer sur un grain de beauté ! Cela gênerait la surveillance de son évolution.

4. Que faire après le tatouage ?

- Appliquez les soins conseillés par le professionnel.

- Evitez l’exposition au soleil ainsi que les bains, les saunas et la piscine pendant la cicatrisation et surveillez la cicatrisation. Si des douleurs apparaissent au niveau du tatouage, consultez votre médecin.


Le dossier complet est à lire dans le supplément "Quid" de ce week-end