Nos mots d'aujourd'hui à la sauce latine

L. Be. Publié le - Mis à jour le

Société Le latin a beau être une langue morte, il est encore très utilisé au sein de l’Église catholique. Mais ce n'est pas suffisant pour le pape Benoit XVI qui veut le ranimer auprès de la société et plus particulièrement dans les écoles, rapporte La Stampa. Pour parvenir à son but, le Vatican va créer une nouvelle Académie pontificale de la langue latine. Associée à des universitaires, elle devrait être plus ouverte aux nouveaux médias, histoire de donner un coup de jeune à l'institution.

"Le latin enseigne l'art d'avoir de l'estime pour les belles choses et nous apprend à donner de l'importance à nos racines" explique le père Romano Nicolini, dont les propos sont traduits par LeMonde.fr. Mais la langue de Virgile est dépassée. De nombreux objets de la vie de tous les jours n'existaient pas de son "vivant", tout comme certains concepts. Il est alors devenu nécessaire de leur trouver une traduction latine. C'est comme cela qu'en 2003, les traducteurs du Vatican ont publié une liste de 15.000 mots "nouveaux" dans le dictionnaire latin, selon The Telegraph.

Voici quelques exemples piochés dans le Lexicon Recentis Latinitatis:


- Adresse mail : inscriptio cursus eletronici
- Barman : tabernae potóriae minister
- Basket-ball : follis canistrīque ludus
- Best-seller : liber máxime divénditus
- Déodorant : foetōris delumentum
- Discothèque : taberna discothecaria
- Drogue : medicamentum stupefactīvum
- Fans : admiratores studiosíssimi
- Gangster : gregalis latro
- Internet : inter rete
- Minijupe : tunicula minima
- Play-boy: iuvenis voluptarius
- Rugby : ludus follis ovāti
- Série TV : fabula televisifica
- Vodka : válida pótio Slávica

La fondation Latinitas du Vatican, à l'origine de ce lexique, publie également une revue entièrement rédigée en latin. Un concours international de poésie et de prose latine est même organisé par ses soins. Le latin n'est donc peut-être pas si mort que cela.

Publicité clickBoxBanner