Sois belle et ne gagne pas trop !

Isabelle de Laminne Publié le - Mis à jour le

Société Aujourd’hui c’est un fait : les femmes sont de plus en plus présentes dans les auditoires universitaires et dans le monde du travail. L’accès à l’éducation, le développement des méthodes contraceptives et la mutation d’une société industrielle vers une société de services sont autant de facteurs qui ont permis aux femmes de prendre leur place dans la population active et dans les fonctions à responsabilité.

Schémas identitaires

Elles mènent de front à la fois leur carrière et leur vie familiale, et il arrive souvent qu’elles aient un salaire supérieur à celui de leur mari. C’est là que les choses se compliquent selon une étude menée aux Etats-Unis par Marianne Bertrand, Emir Kamenica et Jessica Pan de la Booth School of Chicago. "Nous avons examiné les causes et conséquences du salaire relatif au sein des ménages. Nous établissons que le genre (en particulier le fait que la femme gagne plus que son mari) avait une influence sur le mariage, sur la participation des femmes à la force de travail, sur le conditionnement des femmes par rapport aux salaires, sur la satisfaction dans le mariage, sur le divorce et sur la division des tâches ménagères" , peut-on lire en introduction de cette étude. Il est démontré que le lent changement des schémas identitaires par rapport au travail influence le comportement des femmes et des hommes individuellement mais aussi en couple.

A chaque catégorie "hommes" ou "femmes" sont encore associées des prescriptions comportementales spécifiques du style "les hommes travaillent et les femmes restent à la maison" ou encore "un homme doit gagner plus que sa femme". Or, l’homme n’est plus forcément celui qui procure à sa famille le plus haut revenu, ce qui est un changement culturel important.

Selon plusieurs études réalisées sur des échantillons de couples américains, cette mutation des rôles provoque une insatisfaction dans le mariage et aboutit souvent au divorce. Les hommes comme les femmes préfèrent avoir un partenaire avec des revenus élevés mais il s’avère que les hommes n’aiment pas que leur femme gagne plus qu’eux et l’on constate que, dans ce cas, le taux des divorces augmente.

Cette étude démontre donc un lien potentiel entre deux développements sociaux qui ont émergé durant les dernières décennies : l’augmentation des revenus féminins et l’augmentation des divorces. "Nous estimons que le fait qu’une femme gagne plus que son mari expliquerait plus de 29 % de ce déclin dans le taux des mariages" , peut-on lire dans ce rapport.

Partage des tâches ménagères

Cet écart salarial en faveur des femmes induit des comportements au sein des couples mais aussi dans le monde de l’entreprise. En effet, on constate que lorsque la probabilité que la femme gagne plus que son mari augmente, la femme désire moins participer à la vie active. Elle adopte souvent un comportement de retrait dans sa carrière. Certaines données suggèrent que les femmes ont tendance à transformer leur offre sur le marché de l’emploi pour éviter d’introduire un changement dans l’affectation des rôles au sein de leur couple.

On pourrait croire que si la femme gagne plus que son mari, le partage des tâches ménagères se fait plus équitablement et que l’homme prend davantage en mains certains aspects du ménage habituellement dévolus à son épouse. En réalité, cette différence salariale ne modifie en rien les comportements habituels et aurait même tendance à les accentuer. "La femme, dans ce cas, est beaucoup plus fatiguée par ce double horaire de travail, ce qui pourrait être un des facteurs qui expliquerait le taux de divorce élevé dans ces couples" , note l’étude.

Le rôle des parents est aussi important dans les comportements analysés. Un mari dont la mère travaillait sera plus enclin à accepter que sa femme travaille. Mesdames, regardez donc votre belle-mère avant de dire oui !Isabelle de Laminne

Publicité clickBoxBanner