Société Se disputer un peu, beaucoup, souvent, cela arrive à tous les couples. Mettre les points sur les "i", montrer qu’on existe au sein d’un duo, c’est sain. A condition d’y trouver un juste équilibre. Le supplément "Quid" de La Libre y consacre un dossier ce week-end. 

Lorsqu’on demande aux couples leurs principaux sujets de dispute, on remarque vite que ce sont souvent les mêmes qui reviennent avec, en tête, les enfants, la famille et la belle-famille. "Parfois, mon mari parle à notre fils de 26 ans comme s’il en avait 12 et, quand j’interviens, il est furieux et me reproche de ne jamais être de son côté", raconte Véronique. Eugène, 71 ans, en couple depuis 46 ans, se dispute encore "plusieurs fois par jour avec sa compagne à cause des enfants et des petits-enfants."

Il n’y a pas d’âge pour entrer en conflit ! Les tâches ménagères, l’organisation et le travail arrivent également en bonne place. "Nous nous sommes disputés car l’un d’entre nous n’a pas rincé l’évier après l’avoir sali", souligne Pierre, 24 ans. "J’ai mis un verre à gauche dans l’armoire au lieu d’à droite. Apparemment, je suis tête en l’air et je fais toujours cela…", se résigne Thibaud.

Une blague ratée, Barack Obama et un mouchoir

Viennent ensuite les problèmes de jalousie et le manque de communication. "Je lui ai dit que j’ouvrais les yeux quand je l’embrassais pour pouvoir mater d’autres filles. C’était censé être drôle. Visiblement non", explique Marco, 20 ans, en couple depuis moins d’un an. Après 28 ans de vie commune avec sa femme, Mike se dispute plusieurs fois par semaine avec elle. "C’est beaucoup trop. La dernière fois, c’est parce que je me suis créé un compte Facebook suite à des demandes de partage de photos de la part de mon fils. Je l’aurais trompée, ça n’aurait pas été pire."

Certains couples se chamaillent même à cause de la politique. Carine confie s’être fréquemment prise le bec avec son mari à cause de l’ancien président américain Barack Obama qu’elle soutenait de pied ferme. "Mon mari n’a eu de cesse de me contredire pendant huit ans. A tel point que mes enfants sont contents que les Etats-Unis aient changé de président…"

D’autres, avouent finalement se disputer pour des bêtises. "On s’est déjà disputé pour un mouchoir qu’il ne m’a pas donné en mains propres", confie Estelle. "On s’est disputé pour un thermostat qui s’était déréglé. Ridicule", réalise après coup Sylviane, 50 ans.

Un équilibre dans la dispute

Certains couples parviennent à trouver un juste milieu en se disputant plusieurs fois par semaine tandis que d’autres vivent très mal les querelles, même si elles sont plutôt rares. "On se dispute trop à mon goût, mais on a toujours fonctionné comme ça", relativise Charlotte, 35 ans. "Je déteste les disputes, mais parfois ça remet les choses à plat", explique pour sa part Corine.

"Les disputes nous permettent de nous réajuster l’un par rapport à l’autre, cela reste sain", pour Laura. "On ne peut hélas pas vivre sans conflits. Celles et ceux qui s’écrasent tout le temps ne se respectent pas eux-mêmes. Le seul intérêt d’une dispute est de crever un abcès. Je préfère la dispute au silence", philosophe Pierre, 43 ans.

Cependant, ne jamais se disputer ne signifie pas forcément avoir un caractère plus faible que l’autre. Certains couples sont tellement complémentaires qu’ils parviennent à éviter la plupart des conflits naturellement. Marvin, 25 ans, en couple depuis 2 ans, confie n’avoir "jamais eu de dispute avec sa compagne. Il y a bien quelques chamailleries mais rien de très sérieux. Je ne peux pas imaginer qu’une dispute puisse amener un équilibre dans une relation." "Je pense que la dernière doit au moins dater de 15 ans", tente de se souvenir Anne qui est avec son compagnon depuis 32 ans.

Peu importe sa manière de concevoir la dispute, il faut en tout cas éviter que les querelles deviennent trop fréquentes ou intenses sous peine de conduire à la destruction du couple. Comme le dit Laurent, 50 ans, "un jour on s’est regardé avant de se disputer et on s’est dit qu’on serait mieux séparés. Depuis, plus de problèmes."


Ce dossier complet est à lire dans le "Quid" de ce week-end.