Société

Ce week-end, le supplément "Quid" de La Libre consacre un dossier aux disputes de couple. 

Christine Calonne, psychothérapeute de couple, exerce depuis plus de vingt ans. Régulièrement, elle reçoit des couples en difficulté dans son cabinet et les aide à sortir de la crise dans laquelle ils sont embourbés pour les guider vers le bonheur perdu.

Se disputer, ça veut dire quoi ?

Il faut différencier la dispute du conflit. Un conflit est quelque chose de constructif qui fait évoluer le couple. Chacun en profite pour exprimer ses besoins ou ses émotions. La dispute, en revanche, amène une violence psychologique qui est destructrice pour le couple. C’est par exemple dévaloriser quelqu’un, l’insulter ou le faire culpabiliser.

Est-il possible de ne jamais se chamailler ?

Non, un couple qui ne se querelle pas, c’est un couple qui ne dialogue pas, c’est un couple qui n’est jamais en désaccord et qui donc n’existe pas. Pour moi, les conflits sont inévitables car ils permettent au couple de mieux se connaître et d’arriver à un certain équilibre.

Comment "bien" se quereller ?

Il faut à tout prix éviter de juger l’autre et de lui couper la parole. Prenons un exemple : une femme peut tout à coup s’emporter car son mari rentre dans la maison avec ses chaussures pleines de boue alors qu’elle vient juste de nettoyer. Plutôt que de lui hurler dessus en lui reprochant diverses choses, elle peut lui expliquer calmement en quoi c’est important pour elle qu’il respecte son travail. Elle doit lui faire part de ses émotions et lui avouer que ça la blesse car elle ne se sent pas respectée. A partir du moment où il y a de l’écoute et du dialogue dans un conflit, il aura des conséquences positives.

Malheureusement, parfois, les mots dépassent notre pensée lorsqu’on est énervé…

Dans ces cas-là, lorsqu’il y a beaucoup de violence psychologique au sein d’un couple, ce n’est pas tenable sur le long terme. La personne qui se sent dévalorisée va être frustrée et cela aura des répercussions sur la vie sexuelle du couple. Elle n’aura plus de désir, plus envie d’avoir des relations sexuelles avec son partenaire, et cela engendrera des effets négatifs en cascade.

Comment aidez-vous les couples qui souffrent de leurs conflits ?

Je leur demande de me raconter leurs différends et je leur dis : "Là, tu aurais dû répondre ça au lieu de ça, là tu n’aurais pas dû répondre du tac au tac et te taire pour l’écouter." Je leur apprends à nommer leurs émotions. Je les invite à s’exprimer pour qu’ils puissent avoir un dialogue constructif ensemble.

Il y a pourtant des cas où la rupture est inévitable.

Quand l’un des deux partenaires fait preuve de mauvaise volonté ou a un besoin de domination sur l’autre, c’est très dur de le faire changer. On dit que les personnes qui veulent absolument écraser les autres sont des personnalités dominatrices. Cela donne toujours lieu à des relations destructrices desquelles il faut se sortir pour éviter de souffrir.


Ce dossier complet est à lire dans le "Quid" de ce week-end.