Société Justine Sacco, ce nom ne doit pas vous être inconnu si vous vous êtes baladé sur les réseaux sociaux ces dernières 24 heures. La jeune Américaine, responsable de la communication d'un grand groupe de médias et fille d'un magnat minier sud-africain, est au cœur d'un scandale, rapportent Rue 89 et plusieurs médias américains et britanniques. 

Alors qu'elle s'apprêtait à se rendre en Afrique du Sud pour passer des vacances, Justine Sacco a eu la très mauvaise idée de poster ce tweet : "Going to Africa. Hope I don't get AIDS. Just kidding. I'm white". En français : "Je pars pour l'Afrique. J'espère que je ne vais pas attraper le sida. Je plaisante. Je suis blanche! ".

Elle a ensuite éteint son téléphone durant le vol. Sans savoir que ce tweet de très mauvais goût était en train de déclencher un véritable tollé sur les réseaux sociaux américains, au point que les internautes lancent un hashtag #HasJustineLandedYet (Justine a-t-elle déjà atterri?) imaginant la tête à l’atterrissage de la jeune femme quand elle découvrirait son nouveau statut d'ennemie N°1 de Twitter.  




Le site Buzzfeed a également répertorié les 16 tweets les plus accablants à son encontre. Une ONG a pu tirer son épingle du jeu en créant un site au nom de domaine JustineSacco.com , qui invite à faire des dons pour la lutte contre le sida. 

La principale intéressée, qui a depuis supprimé son compte, n'a pas encore réagi. En plus d'être détestée par des milliers d'internautes, elle risque de perdre son emploi. Sa société a déjà annoncé avoir retiré toute référence à elle sur son site, un signe sans doute qu'elle sera prochainement remerciée...