Une campagne pour apprendre à s’aimer

Laurence Dardenne Publié le - Mis à jour le

Société Air du temps

Moulées dans leur slim, arborant un décolleté pigeonnant fort appétissant, un sourire peps aux dents, les lolitas affichent le plus souvent une dégaine nonchalante On les croirait volontiers insouciantes, bien décidées à profiter avant tout et pleinement du moment présent. Probablement - et bien heureusement -, certaines d’entre elles promènent leur jeunesse dans cet état d’esprit. Mais, entre l’image qu’elles peuvent laisser paraître et celle qu’elles ont d’elles-mêmes, il semble qu’il y ait comme un gap pour certaines.

Car lorsqu’on les interroge sur le sujet, moins nombreuses qu’on pourrait le penser sont celles qui disent se sentir véritablement bien dans leur peau et dans leurs baskets. Du moins à en croire une enquête - de modeste envergure, il est vrai, puisque menée auprès de 200 jeunes filles de première et deuxième année secondaire - réalisée à l’initiative de la marque de produits de soins Dove. De ce sondage effectué en juin dernier, il ressort en effet que les adolescentes interrogées ne se sentent pas vraiment bien dans leur peau; elles n’ont pas une bonne image d’elles-mêmes, n’aiment pas leur corps et leur look, pas trop leur style vestimentaire et leur personnalité. Elles considèrent que leur corps et leur apparence pourraient être améliorés.

Plus précisément, une jeune fille sur trois (33 %) ne se trouve pas belle et plus encore (36 %) pas sveltes. A peine plus d’une sur dix (13 %) s’estime toutefois très belle et une sur cinq très svelte. Une sur quatre pense qu’elle est habillée "très cool" !

Au-delà du physique, 15 % se considèrent très intelligentes et 28 % très gentilles. Et si 18 % se trouvent carrément "très intéressantes", elles sont 43 % à s’estimer "très amusantes" ! Quoi qu’il en soit, la grande majorité, finalement, se trouve "un peu intéressante", "un peu gentille", "un peu intelligente" Mais c’est au niveau de l’image corporelle et de l’apparence physique que les résultats demeurent plus préoccupants : une adolescente sur trois n’est pas satisfaite à ce niveau et ne se trouve en effet pas belle.

Ces résultats confirment ceux d’une récente (mai 2012) enquête internationale de l’Organisation mondiale de la santé selon laquelle six jeunes filles sur dix ne se sentent pas bien dans leur peau au point d’arrêter leurs activités et hobbies préférés parce qu’elles n’ont pas suffisamment confiance en elles.

Pour aider les jeunes filles à développer une meilleure image d’elles-mêmes, Dove a développé un module pédagogique, en collaboration avec l’asbl CAP-expert.be (voir encadré) (1). Avec cet outil, conçu comme instrument de travail sur l’image et l’estime de soi pour les professeurs - invités à suivre une formation préalable - et les jeunes filles, la marque ambitionne d’accompagner quelque 40000 adolescentes cette année. "Les jeunes filles doivent être mises en garde contre les images irréalistes véhiculées par les médias et encouragées à discuter du sujet, avec leurs mères", estime-t-on chez Dove dont les campagnes visent depuis quelque temps à redonner confiance en elles tant aux femmes adultes qu’aux plus jeunes "afin qu’elles puissent gagner en assurance et s’épanouir dans la vie". Si c’est pas beau

(1) L’atelier "Bien dans sa peau" a été développé à l’origine par l’Eating Disorder Association UK, mais a été revu et corrigé pour la Belgique par l’asbl CAP-expert.be.

Publicité clickBoxBanner