Rendez-vous en terre magnétique

Frédérique Masquelier Publié le - Mis à jour le

Voyage Odyssée

SI LA GRÈCE FAIT, BIEN MALGRÉ ELLE, la "une" des pages politiques et économiques, il ne faudrait pas que ce soit au détriment de celles qui célèbrent la beauté de ses paysages et l’hospitalité anisée de ses habitants.

Or, entre autres territoires helléniques, la Magnésie mérite justement que l’on s’y attarde. A commencer par Volos, son chef-lieu et sa fierté. Berceau de mythes et de tragédies à la grecque, l’ancienne Iolcos est aujourd’hui une ville industrielle importante, dont l’activité doit beaucoup à son port, troisième au rang national. Et ancien théâtre de la légendaire expédition des Argonautes, partis à la recherche de la Toison d’Or. L’équipée, haute en héros et en testostérone, est menée par Jason, héritier au trône de la cité. Qui prend les commandes du célèbre Argo, premier bateau à rames de l’Antiquité et symbole par excellence de la ville de Volos. A tel point que le souvenir du navire y a toujours ses amarres. Et prend, ici, la forme d’une statuette juchée en hommage et en bonne place sur l’estacade, là, celle d’une réplique à l’identique de l’illustre ancêtre qui multiplie les sorties en mer avec une armada de 50rameurs en herbe.

La renommée de Volos fait également la part belle aux sommets du Mont Pélion, qui s’invitent à l’arrière-plan de son paysage. Et dont les versants boisés, "aux feuilles agitées", selon l’expression homérique, ont substitué les mythiques Centaures aux regards des hommes. Qui ont, quant à eux, établi leurs quartiers dans une vingtaine de hameaux, dont un des plus pittoresques est Makrinitsa. Ce dernier est formé d’un ensemble de petites maisons traditionnelles, agrippées à la montagne sur quelque 500mètres de dénivelé. Le site jouit, de ce fait, d’une vue panoramique sur Volos et le golfe Pagasétique, ce qui lui vaut le qualificatif de "balcon du Pélion". Un balcon dont on prend grand soin, puisqu’il est inscrit sur la liste du patrimoine traditionnel grec depuis les années 1980. Toute modification du paysage est de facto strictement contrôlée par les autorités compétentes, et les techniques de construction n’ont pas changé d’un iota. Toujours enseigné dans plusieurs écoles, ce savoir-faire hérité du passé garantit l’authenticité de l’architecture locale.

Au large de Volos, les bien nommées îles des Sporades s’éparpillent, çà et là, au cœur de la mer Egée. Sitôt passé Skiathos, cosmopolite et mondaine, puis Skopelos, recouverte à 80 % de pinèdes, on accède, en ferry, à Alonnisos, l’île de la tranquillité par excellence. Parce que la majorité des touristes ont débarqué aux deux premiers arrêts, mais aussi parce que, du fait de son éloignement, elle abrite une petite communauté rodée à la vie reculée. Voire, selon les périodes de l’histoire, à l’autarcie la plus complète.

Est-ce une des raisons pour lesquelles Alonnisos est aussi sensible à la question de l’écologie ? En tous les cas, l’île abrite de nombreuses espèces animales protégées, sur terre comme en mer, puisqu’elle se targue de posséder un des plus grands parcs marins d’Europe.

Outre la protection de l’environnement, les autorités d’Alonnisos ont également mis en avant celle du patrimoine. Dont fait incontestablement partie la charmante vieille ville d’Alonnisos, nichée sur les hauteurs de l’île et capitale de celle-ci jusqu’en 1965. Date à laquelle un tremblement de terre détruit en partie le petit centre urbain, obligeant ses habitants à se replier vers les côtes, autrefois désertées par peur des pirates. Une amusante collection d’objets de troc entre mercenaires et habitants est d’ailleurs exposée dans le petit musée local.

Aujourd’hui, 20 à 30 % de la population de la vieille ville d’Alonnisos est d’origine étrangère. Anglais, Français, Italiens et même Allemands, ils sont nombreux à en apprécier les minuscules maisons aux volets de couleurs éclatantes, de même que les ruelles en escaliers, qui se faufilent entre les toits-terrasses couverts de fleurs en pots et les pas de porte ourlés de plantes grimpantes. Sans oublier les vues à 360degrés sur l’île et ses divers horizons qui se laissent apprivoiser à chaque pas.

Publicité clickBoxBanner