Entreprises

Avec ses tours du monde et voyages insolites, Continents Insolites répond à l’intérêt croissant pour le sur-mesure, le voyage d’exception et les expériences de voyages en famille.

Lorsque l’agence bruxelloise Continents Insolites a vu le jour, il y a environ une quarantaine d’années, les amateurs de tour du monde faisaient partie d’une catégorie de voyageurs « un peu à part ». Des baroudeurs fuyant les chemins habituels pour explorer la planète sous un autre œil, un autre angle, et découvrir des pépites préservées du tourisme de masse… En quatre décennies, le voyage est devenu un produit de grande consommation et le tourisme a bien changé. Pas l’ADN de Continents Insolites. Même si son offre a évolué vers une tendance de plus en plus haut de gamme, cette agence de voyages insolites revendique sans compromis cette passion qui fait sa spécificité : celle pour les voyages d’exception et les découvertes « hors des sentiers battus ».

Pour l’équipe qui concocte l’offre de Continents Insolites, « exception » et « sur mesure » ne vont pas l’un sans l’autre. « Les tours du monde et voyages sur mesure sont véritablement notre cœur de métier », explique Anaïs Grassat, responsable de la communication. « Tout se crée sur base des envies de chaque voyageur. Nous essayons de comprendre comment il a déjà voyagé, ce qui lui a plu ou déplu, les passions qui l’animent. Est-ce un épicurien, un mélomane ? Voyage-t-il pour se dépayser, se reposer, rencontrer des populations locales, expérimenter un nouveau mode de vie ? Quel rythme souhaite-t-il pour ses enfants ?... »

Une valeur ajoutée, sinon rien !

L’agence concocte des voyages incluant les transports, les hébergements, mais aussi les expériences. « Nos voyages font la part belle aux hébergements d’exception : hôtels de grand charme, à l’architecture remarquable, logements insolites, hôtels avec service de haute volée, bonnes tables… Ainsi qu’aux expériences insolites, comme prendre un cours de street-art avec un graffeur à New York, entrer dans l’intimité des Sumos au Japon en assistant à un entraînement, rencontrer les artistes de La Havane, vivre une vie de gaucho en Argentine, naviguer sur un bateau de l’America’s Cup en Nouvelle-Zélande… », décrit Anaïs Grassat.

Ces expériences insolites, toujours expérimentées et validées avant d’être proposées aux clients, Continents Insolites les appelle « les pépites ». « Nous proposons une destination à partir du moment où nous sommes sûrs de pouvoir assurer la sécurité, bien entendu, mais également si et seulement si nous pouvons y ajouter notre valeur ajoutée avec ces expériences insolites. Tant que nous ne pouvons pas proposer, sur une destination, une offre cohérente avec notre ADN et nos valeurs, nous préférons ne pas l‘ouvrir. » Continents Insolites n’a par exemple pas encore ouvert l’Europe du Sud, mais l’équipe y travaille intensément…

L’Europe en projets

Se renouveler, développer constamment de nouvelles destinations, de nouvelles expériences, dénicher des hébergements… font de Continents Insolites une agence sans cesse innovante. En 2018, elle a par exemple ouvert la Russie et les Emirats Arabes Unis. L’Ethiope devrait bientôt compléter le portefeuille, ainsi que les Philippines. L’Europe fait aussi partie des « nouvelles » destinations de l’agence, historiquement spécialisée plutôt dans les voyages longue distance. La Suède a été ouverte tout récemment, la Norvège il y a un an…

Pour pouvoir dénicher les pépites, il faut évidemment un solide carnet d’adresses. C’est pourquoi Continents Insolites a pris le parti d’avoir des Travel Designers spécialisés dans certaines destinations. « Cette spécificité nous différencie des agences classiques », affirme Anaïs Grassat. « Chez nous, pas de généralistes. Nos Travel Designers prennent le temps de creuser à fond les destinations par lesquelles ils sont passionnés. »

Pour la petite histoire, la passion du voyage n’est pas que l’apanage des Travels Designers ! Elle fait en effet partie des critères de recrutement de toute personne qui veut travailler chez Continents Insolites, de la comptabilité aux ressources humaines, en passant par l’administratif ou les projets digitaux…

Les voyages en famille, c’est tendance

Les clients types de Continents Insolites sont les chefs d’entreprise, les professions libérales, les couples amateurs de voyages, les couples en voyage de noce… Des personnes qui veulent faire une pause dans leur vie, de quelques semaines à quelques mois. Mais aussi les familles. « Le voyageen famille, une de nos spécialités, répond à une évolution. De plus en plus de familles avec de jeunes enfants, des adolescents, voire de jeunes adultes qui continuent de voyager avec leurs parents ou leurs grands-parents, s’adressent à nous pour leur organiser des voyages exceptionnels », poursuit Anaïs Grassat. « Les gens ont besoin de se reconnecter au sein de la cellule familiale, de passer du temps avec leurs enfants, de se créer des souvenirs ou vivre une expérience ensemble car ils en ont de moins en moins le temps pendant l’année. »

Anaïs Grassat constate que les voyageurs, environ 2.000 par an, forment une vraie communauté. « Je pense que c’est dû au fait que nous soignons beaucoup la relation avec eux, avant, pendant et après le voyage. Dans nos maisons, on ne parle pas de clients ni de numéros de dossier. Nous écoutons leurs besoins, leurs impressions. Nous prenons le temps avec eux. De plus, les voyageurs ont toujours la même personne de contact au sein de notre agence. » Continents Insolites n’a d’ailleurs pas développé la vente par Internet pour continuer de privilégier la rencontre avec le voyageur.

Le voyage commence…à la maison

Continents Insolites a aussi fortement soigné le cadre dans lequel les clients sont accueillis. Maison historiquement belge, Continents Insolites a étendu sa présence au marché français et possède actuellement trois agences : une à Bruxelles, une à Paris et une à Lyon. « Nos maisons ont un cadre unique. Elles sont pensées pour être de véritables bulles qui invitent au voyage », explique Anaïs Grassat.

Ces maisons sont le point de départ d’une expérience sous-tendue par une recherche constante de l’excellence. « Notre objectif principal est que nos voyages soient source d’accomplissement et de bonheur ressentis par nos voyageurs », confie Anaïs Grassat.

Et aussi du mécénat…

Enfin, récemment rachetée par le groupe de médias IPM, la société Continents Insolites insiste sur « l’humain » comme troisième valeur à côté de la créativité et de la recherche de l’excellence. « Cet aspect humain concerne bien sûr nos équipes – nous avons très peu de turn-over - et l’écoute de nos voyageurs, que nous plaçons au centre de tout. Mais nous soutenons aussi, chaque année, des projets de mécénat. En 2018, par exemple, nous avons décidé de soutenir un orphelinat birman via l’organisation d’une exposition de photos au sein de notre maison à Bruxelles. » Pour Anaïs Grassat, ce mécénat est une dimension importante de l’entreprise. D’une part parce que c’est l’équipe qui en a été le moteur. D’autre part parce les projets sont envisagés à l’image des voyages. « C'est-à-dire que nous soutenons toujours des projets que nous pouvons mesurer, valider et suivre. »