Entreprises

Les acteurs du monde du travail le constatent: l’intelligence artificielle est de plus en plus présente dans la marche des affaires. Avec elle, de nouveaux procédés et des robots intelligents réalisent certaines tâches, autrefois dévolues à l’homme. Avec quelle(s) conséquence(s) pour l’avenir des travailleurs ?

Certains travailleurs en sont persuadés : l’intelligence artificielle est la source d’un chômage futur généralisé. Certaines études s’avèrent d’ailleurs alarmistes sur le sujet. Selon le cabinet McKinsey, la montée de l'automatisation et de la robotisation, associée aux intelligences artificielles, pourrait carrément faire disparaître 800 millions d'emplois d'ici 2030... mais sans pour autant spécifier le nombre d’emplois créés dans l’intervalle. Car ne l’oublions pas : l’innovation technologique et le progrès économique ont toujours existés dans l’histoire humaine. Créant des pans nouveaux de l’économie, sans forcément impacter négativement la création d’emplois. Ainsi, selon le bureau américain des statistiques sur le travail, en 1950, seulement 55% de la population en âge de travailler aux États-Unis était employée. En 2015, ce pourcentage était passé à 60%, soit une augmentation nette d'environ 100 millions d'emplois. Et ce malgré l'introduction de nombreuses technologies potentiellement destructrices d'emplois telles que les guichets automatiques, les ATM... A cet égard, notons que d’après une étude réalisée par vingt experts du domaine numérique (universitaires et professionnels), 85% des emplois en 2030 n'existent même pas encore aujourd'hui.


Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site de La Libre Network