La Libre Network présente les enjeux des entreprises qui façonnent l’économie de demain.

En savoir plus

Pyke (ré)invente les lunettes de soleil pour bébé

PYKE - Partner Content Publié le - Mis à jour le

Entreprises

L'entreprise wallonne Pyke innove dans le domaine optique belge. Sa gamme de lunettes de soleil protège les yeux des plus sensibles : les nourrissons et jeunes enfants.

Pyke (pour Protect Your Kid’s Eyes), est une aventure entrepreneuriale démarrée il y a de cela quatre ans. A l'époque, la fondatrice de cette PME carolo, Isabelle Van Steenkiste, entrevoit un marché porteur et peu concurrentiel : celui des lunettes de soleil pour petits. « Un jour, alors que je devais acheter une paire de lunettes de soleil pour mon neveu de deux ans, je me suis rendu compte que personne ne se dédiait uniquement à ce genre de produits, explique Isabelle Van Steenkiste. J'y ai donc vu une opportunité à saisir, et me suis lancée dans l'aventure. »

Un parcours réfléchi

Après avoir lâché son poste de consultante bancaire, la jeune entrepreneure imagine ses premiers prototypes. En parallèle, et pour conforter son projet, elle retourne sur les bancs de l'université et réalise des études de marché. Avec des résultats probants : « 87% des répondants n’étaient pas satisfaits par les lunettes pour bébés proposées sur le marché, stipule Isabelle Van Steenkiste. Cela m'a confortée dans mon idée. Au terme de ma formation complémentaire à la Solvay Business School, j’ai donc eu l'opportunité de présenter mon premier business plan à des Business Angels. A l’époque je ne cherchais pas spécialement de fonds. Mais par la force des choses, j’ai été encouragée à donner plus d’ambition au projet », raconte la jeune femme.

Après avoir levé 400.000 euros, pour mettre au point ses éléments techniques, l'entrepreneure se penche sur la production, à Liège. En partenariat avec Cojema, spécialiste en moules et injection plastique, la fabrication des prototypes débute. Deux ans de recherche et développement plus tard, en juillet 2015, les premières lunettes sortent enfin de l'atelier. « Ma collaboration avec Cojema est véritablement primordiale explique Isabelle Van Steenkiste. J’ai trouvé dans cette association un partenaire fiable, flexible et très compétent. De plus, le fait de travailler en Belgique, non loin de chez moi, me permet d'être sur place tous les jours, et de pouvoir contrôler moi-même les pièces qui sortent. »

Des lunettes profilées pour les petits

Conçues pour les tout-petits, les lunettes Pyke correspondent à la morphologie des enfants de 3 mois à 3 ans, et à leur comportement. « Les enfants sont souvent peu précautionneux. C'est pourquoi, pour éviter qu'elles soient endommagées ou qu'elles glissent, nos lunettes sont réalisées sans branches et montures classiques, explique Isabelle Van Steenkiste. A l'inverse, nous avons opté pour des montures englobantes (en une seule pièce) de type élastique, qui rappellent celles des lunettes de piscine. L'avantage ? Elles épousent parfaitement les formes du visage de l'enfant et ne laissent passer aucun rayon de soleil sur les côtés. Elles garantissent donc une protection latérale des yeux », continue la jeune femme. Rondes et colorées, les lunettes développées par Pyke sont également composées de matériaux robustes, dont des plastiques sans phtalates ni bisphénol. « Ces plastiques sont alimentaires, donc peuvent être mis en bouche, confie Isabelle Van Steenkiste. En plus, ils sont résistants au chlore, à la crème solaire et au sel de mer. » Côté confort, l'entreprise mise sur des matériaux Soft-touch, « légers et pratiques. » Enfin, pour une protection renforcée et le choix de ses verres, Pyke collabore avec le groupe allemand Carl Zeiss. « La qualité de ces verres est le résultat d’une étude innovante sur le développement des yeux des enfants, rappelle Isabelle Van Steenkiste. Ils ont été spécialement créés pour garantir un indice de protection 3, et bloquer 100 % des UVA et UVB. »

Consciente du fait d'avoir entre les mains un produit novateur aux multiples aspects techniques, l'entreprise vient d'ailleurs de déposer un brevet. Son modèle est désormais protégé.

La santé avant tout !

Plus qu'un business porteur, Pyke est également, aux yeux de sa fondatrice, un acteur de santé publique. Elle espère sensibiliser les parents aux dangers du soleil. « Les rayons du soleil peuvent abîmer les yeux, hiver comme été, commente la chef d'entreprise. Il est certain que l’intensité du rayonnement solaire varie avec les saisons et les heures de la journée mais détrompez-vous, même par temps gris les rayons UV du soleil nous parviennent. Un soleil hivernal, souvent plus bas, se glisse plus tôt sous le chapeau, le bonnet ou la toile de la poussette : il est tout aussi nocif et nécessite une bonne protection. » La jeune femme rappelle la nécessité de protéger les enfants, même s'ils n'ont pas le soleil dans les yeux. « Un voile nuageux laisse passer 90 % des rayons UV, et un chapeau seul ne suffit pas. » Les risques que courent les enfants dont les yeux sont exposés sans protection sont légions : cataracte, kératite, dégénérescence maculaire...

 Un avenir plus trendy...

Disponibles en neuf coloris, les lunettes de la PME sont actuellement distribuées via quatre canaux complémentaires : sur son site internet, dans les pharmacies, les magasins de sport haut de gamme, et chez les opticiens. Le tout, disséminé partout à Bruxelles et en Belgique. Et force est de constater que la demande est là. En un an, Pyke a vendu 4.000 paires de lunettes. Juste assez pour rentrer dans ses frais. « Cette première année nous a servi à tâter le marché, et observer comment le produit a été accueilli explicite Isabelle Van Steenkiste. Elle va nous permettre d’améliorer notre premier modèle et proposer très bientôt un nouveau produit répondant mieux aux attentes des acheteurs. » Parmi ces attentes, plus d'esthétique. « Nous avons peut-être un peu sous-estimé le côté esthétique du modèle en axant tous nos budgets sur les aspects techniques », confie l’entrepreneure. « C’est pourquoi nous allons lancer un nouveau modèle au design plus « trendy » et investir davantage dans le poste marketing. » Mais ce n'est pas tout. L’entreprise souhaite aussi développer d'autres modèles pour la tranche d’âge supérieure des 3 à 5 ans. « A long terme, je souhaite proposer une gamme de produits spécifiquement étudiée pour répondre aux besoins de protection dans le secteur de la petite enfance », ajoute Isabelle Van Steenkiste. Je ne compte d'ailleurs pas forcément m'arrêter aux lunettes : quand on a passé le cap de développer un produit, on n’a plus peur d’en développer d’autres ! »

 … avec plus de moyens

Tous ces développements signifient nécessairement plus de moyens financiers. C’est la raison pour laquelle l'entreprise cherche actuellement à s'associer à un partenaire qui pourra lui donner les moyens de ses ambitions. L'idée n'étant pas de trouver un partenaire financier uniquement, mais de s'associer avec un partenaire dans la distribution ou un partenaire industriel. Ces moyens devraient ainsi aider au développement international de Pyke. L’entreprise wallonne a déjà démarré avec quelques points de vente en Suisse et est en train de négocier avec des distributeurs en Grande-Bretagne.

 

https://fr.pyke-sunglasses.com/



PYKE - Partner Content