La Libre Network présente les enjeux des entreprises qui façonnent l’économie de demain.

Devenir membre

Quatrième Dimension transforme la broderie et l’impression textile en business innovant

Quatrième Dimension - Content Partner Publié le - Mis à jour le

Entreprises

Ce n’est pas toujours le produit qui fait d’une société un modèle d’innovation. François Bersez a métamorphosé une activité artisanale en PME à la pointe, leader sur son marché.

Quatrième Dimension www.4dimension.be est une entreprise spécialisée dans les textiles publicitaires, l’impression et la broderie sur textiles, tee-shirt, sweatshirt… Cette PME wallonne est active principalement dans les secteurs de la publicité et des vêtements de travail. Pour tirer son épingle du jeu face à une concurrence difficile, notamment de pays à bas salaires, elle n’a pas eu d’autre choix : innover et se spécialiser.

2,5 millions d’euros dans la sérigraphie sur textile

Quatrième Dimension s’est notamment spécialisée dans un produit à forte valeur ajoutée : l’anoblissement textile par impression en sérigraphie sur textile, un des derniers secteurs où la sérigraphie n’est pas morte à cause du digital. En cinq ans, la PME a investi 2,5 millions € pour l’outil de production de transferts sérigraphiques. Aujourd’hui, cette niche, via son site www.mister-transfer.com, assure l’essentiel de la progression de son chiffre d’affaires.

Numéro 1 en Belgique

« Avec 600 acteurs en Belgique et 27.000 rien qu’en Europe, la majorité des gros volumes est largement délocalisée », explique François Bersez, l’administrateur délégué. « Il ne nous reste donc plus que les petites et moyennes séries, qui doivent être produites dans un délai très court, de cinq à dix jours. Donc nous avons dû nous organiser pour travailler de manière très réactive. » Le planning de l’entreprise dépasse rarement cinq à dix jours !

« Malgré tout, nous avons réalisé 20.000 commandes en 2016 et sommes parvenus à réaliser un chiffre d’affaires de 7,15 millions d’euros. » Quatrième Dimension est devenue leader du secteur et a fait des émules. « Nous sommes aujourd’hui un groupe de cinq entreprises, présentes à Namur, Charleroi, Mons, Bruxelles et Ostende, représentant ainsi 10% du marché belge. »

François Bersez insiste : « En réalité je n’ai rien inventé. J’ai juste amélioré ce qui existait, en particulier la manière de commercialiser et la production. » Soulignons que l’entreprise a choisi de ne pas délocaliser. Pour rester compétitive, elle a donc dû repenser complètement son organisation.

François Bersez
© 4Dimensions

Hiérarchie totalement plate

« Nous avons misé sur une organisation humaine où chacun est fortement responsabilisé. Chez nous, personne ne contrôle le travail d’un autre et chacun sait exactement ce qu’il a à faire à tout moment. » Pour rendre cela possible, la PME a développé son propre outil informatique. « Toute personne employée chez nous est créatrice de valeur ajoutée pour l’entreprise. Nous n’avons pas de commerciaux externes, pas de comptables, pas de secrétaires, pas de contremaîtres ni managers intermédiaires… Par contre, nous avons engagé deux développeurs informatiques pour s’occuper d’automatiser les tâches », ajoute François Bersez.

L’automatisation est un autre pilier de la réussite de la PME. On peut dire que Quatrième Dimension a réussi sa transition numérique : elle réalise aujourd’hui 90% de ses ventes via ses divers sites internet. « Nous avons plusieurs sites spécialisés par produits. www.e-cusson.com est par exemple un site de vente en ligne d’écussons brodés. Il existe depuis 2007 et tourne aujourd’hui tout seul. »

© 4Dimensions

Les nouvelles technologies font pour ainsi dire partie de l’ADN de François Bersez. Il a créé Quatrième Dimension en 1998, juste après son Master en Informatique à l’Université de Namur. « Durant cette période, j’avais un job d’étudiant pour améliorer les fins de mois qui consistait à vendre des textiles imprimés et brodés aux cercles et associations estudiantines pour un artisan local. J’avais une intime conviction à l’époque qu’il était possible de professionnaliser ce secteur d’activité grâce à l’utilisation des nouvelles technologies », se souvient-il.

Export : il faut y aller !

Il pilote donc sa PME depuis deux décennies. « C’est du plaisir au quotidien car j’aime entreprendre », confie-t-il. « Mon entreprise est mon hobby. » Mais une de ses plus grandes fiertés est d’avoir réussi à créer (et maintenir) plus de quarante emplois.

Depuis quelques années, il s’est aussi lancé dans la grande aventure de l’internationalisation. Quatrième Dimension réalise 40% de ses ventes à l’export, essentiellement dans les pays voisins de la Belgique, dont 15% en Allemagne, où l’entreprise a ouvert un bureau de représentation en 2012. « Beaucoup de PME ont peur d’exporter, mais il faut y aller ! Aujourd’hui, notre PME raisonne différemment. Nous pensons systématiquement en quatre langues par exemple. »

Plus et plus vite

Et pour le futur ? « Si on parle d’un horizon de 2 à 5 ans, je pense que les tendances lourdes du contexte dans lequel nous évoluons vont s’accentuer : délocalisations des productions et accentuation de la concurrence », termine François Bersez. « Nous allons donc devoir continuer à investir dans du matériel de production à la pointe et à responsabiliser nos équipes pour qu’elles soient les plus rentables. Donc produire plus et plus vite. Quant à notre planning, il va certainement continuer à se rapprocher. Nous aurons une vue à cinq jours, pas plus… »


www.4dimension.be

Quatrième Dimension - Content Partner

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM