Entreprises

En autorisant les chiens au bureau et en développant l’autonomie, le cabinet de recrutement Direct Search n’imaginait pas combien ce serait bénéfique pour l’équipe… et les clients.

« Dis-moi comment tu manages ton personnel et je te dirai comment tu considères tes clients… » Cette phrase aurait pu figurer sur la porte de l’entreprise Direct Search , cabinet de recrutement belge installé sur l’Avenue Louise à Bruxelles. Son CEO, Wei-Feng Tram, part en effet de ce postulat : « Si mes collaborateurs se sentent bien et travaillent dans un environnement favorable, ils vont donner le meilleur d’eux-mêmes. » Il sait de quoi il parle puisqu’il a lui-même évolué, auparavant, dans d’autres entreprises peu soucieuses du bien-être au travail « où l’on demandait la lune sans reconnaissance suffisante… »

Une des voies que Direct Search a empruntée pour favoriser le bien-être de ses collaborateurs est peu banale : l’entreprise a ouvert ses portes aux chiens de ceux-ci. « L’idée est venue de manière un peu informelle, naturelle », explique Wei-Feng Tram. « J’ai commencé par amener mon chien et petit à petit, d’autres ont suivi. Aujourd’hui, c’est devenu une part de notre culture d’entreprise. » Le CEO de Direct Search avait bien quelques craintes au départ : « J’avais peur que cela déconcentre l’équipe. Mais nous avons instauré quelques règles, et ce que j’ai pu voir surtout, c’est que la présence des chiens est vraiment source de bien-être ! »

L’essence du recrutement

Direct Search s’occupe de sélection des talents, d’identification et d’engagement de candidats pour ses entreprises partenaires, mais aussi d’accompagnement, de consultance et de stratégie RH. Il s’est entre autres spécialisé dans le recrutement finance. Dès sa création, Wei-Feng Tram a réfléchi aux manières de mettre la dimension humaine au cœur de tous les aspects de l’entreprise, de la sélection des candidats jusqu’à la relation client, en passant par la gestion de l’équipe. « En créant Direct Search, mon pari est qu’on peut faire du recrutement sans être un requin. »

La présence des chiens au bureau peut paraître anecdotique mais ses effets bénéfiques vont bien au-delà des propriétaires, heureux d’avoir leur animal de compagnie à portée de doigt… « Pour moi, un environnement moins stressant a un impact aussi sur nos clients », affirme Wei-Feng Tram.

Déconnecter sainement

Morgane Gernay travaille chez Direct Search depuis 2016. En tant que consultante et recruteuse, elle a une vision à 360° du business. « Je m’occupe à la fois de rechercher des partenaires et des candidats pour différentes fonctions. Aujourd’hui, je me concentre davantage sur des profils financiers et marketing, dans des secteurs hors finance, comme le retail ou le pharmaceutique. » Morgane Gernay n’a pas de chien. Par contre, elle ne réalisait pas à quel point elle apprécierait la présence des chiens dans l’entreprise. « Mes collègues et moi faisons un métier où l’on doit se donner beaucoup. Je trouve que la présence des animaux amène une atmosphère joyeuse, positive. Cela permet aussi de déconnecter. Parfois, après un coup de fil difficile par exemple, s’arrêter juste deux minutes pour aller vers les animaux permet de faire le vide et de redémarrer plus facilement. » Morgane Gernay ajoute que cela soude l’équipe.

Pour Alexis Nassar, Associate Manager de Direct Search, la présence des animaux de compagnie dans l’entreprise apporte tout d’abord une certaine tranquillité d’esprit. « Je sais que mon chien est là et je ne dois pas me tracasser à son sujet en mon absence. Rien que ça, c’est très positif ! Je trouve aussi que cela permet plus de concentration et cela crée pas mal de connexion au sein de l’entreprise. On sort les chiens ensemble, on discute… » Enfin, c’est aussi l’occasion de faire des pauses plus saines. Plutôt qu’aller sur les réseaux sociaux ou descendre boire un café, la pause déjeuner devient un moment où les collaborateurs prennent plus volontiers l’air pour sortir les chiens.

Flexibilité et autonomie…

En réalité, la présence des animaux fait partie d’une politique plus large, destinée à instaurer un maximum de flexibilité et à renforcer l’autonomie des collaborateurs. Quand Alexis Nassar a rejoint Direct Search, six mois après la création de l’agence de recrutement, la vision RH était très différente. « A cette époque, nous avions des règles très strictes, avec des horaires et des pauses à respecter sous peine de sanction », se souvient l’Associate Manager. « Mais tout cela a changé lorsque nous avons engagé la première employée. Nous nous sommes rendu compte qu’il fallait aménager les règles en fonction des envies et des besoins de chacun. Nous avions l’envie de construire un environnement plus convivial et de développer l’autonomie et la confiance envers les collaborateurs. »

Direct Search est ainsi passé à des horaires beaucoup plus flexibles, l’introduction du Home Working et des activités de Team Building. « Nous voulons donner aux employés la capacité et la confiance nécessaires pour qu’ils se sentent autonomes et donnent le meilleur d’eux-mêmes. Nous constatons qu’ils sont plus contents, plus sereins, et moins attachés à la peur de faire une erreur. Ils ont envie à leur tour de le rendre aux clients… », souligne Alexis Nassar.

Wei-Feng Tram explique : « J’ai travaillé dans d’autres cabinets où il fallait tout contrôler en permanence : les temps de pause, le nombre de coups de fils… Mais la nouvelle génération ne veut plus de ce modèle. J’ai eu envie d’essayer autre chose, de donner aux collaborateurs la flexibilité qu’ils demandent. »

…également envers les clients

« On nous donne de la liberté parce qu’on nous fait confiance de ne pas en abuser, et c’est le même genre de relation que nous voulons mettre en place avec les clients », poursuit Morgane Gernay. « Cela se traduit dans la façon dont nous nous adaptons à nos partenaires. » Morgane Gernay donne un exemple : « Notre façon de gérer les candidats s’adapte aux préférences de chaque client. Certains partenaires préfèrent un interlocuteur unique, d’autres préfèrent rencontrer la personne qui a interviewé le/la candidat-e… »

Cette flexibilité est basée sur un respect réciproque, souligne Morgane Gernay. « Des clients, nous attendons par exemple une honnêteté, de vrais feedbacks pour que nous puissions progresser et mieux cerner leurs attentes. Personnellement je ne cherche pas à vendre à tout prix mais à créer un partenariat sur la durée. » Et le lien avec les animaux est, pour elle, évident : « Les animaux aussi nous obligent à nous adapter. »

Instaurer des règles

Pour que l’arrivée des animaux au bureau se passe bien, il a bien entendu fallu instaurer quelques règles. « Quand il y a plusieurs chiens au bureau, cela pourrait devenir une catastrophe », explique Alexis Nassar. « Mais maintenant nous savons quels chiens sont compatibles. Alors nous avons établi un agenda et il n’y a jamais plus de deux chiens à la fois. » « Je laisse les employés se mettre d’accord entre eux », précise Wei-Feng Tram. « Nous partons du principe que chaque maître est responsable de son chien, et quand un nouveau chien rencontre les autres, cela se fait d’abord à l’extérieur pour jauger l’entente entre chiens. »

4 octobre, Journée mondiale des animaux

Direct Search n’est pas la première société à avoir instauré cette possibilité, et à l’occasion de le Journée mondiale des animaux, pointons quelques effets bénéfiques des animaux en entreprise. Ceci ressort du baromètre Pets at Work (PAWrometer) du Bansfield Hospital de 2017 : réduction du stress, accroissement de la fidélité à la société, meilleur équilibre…

« Nous passons tous beaucoup de temps à travailler. Or chaque fois que je vois les membres de mon équipe, j’ai l’impression qu’ils sont contents et que je construis vraiment quelque chose », conclut Wei-Feng Tram. « Je pense que cette démarche est très payante. Dans une entreprise, les employés sont la source du développement. Et aujourd’hui, je constate que tous les indicateurs de Direct Search sont au vert et que nos clients nous voient comme une entreprise souple, flexible et moderne, qui fait la différence sur le marché. »