Brabant Le projet immobilier suscite la controverse au sein de la cité du Lion.

Certains diront qu’il s’agit d’un projet architectural de belle facture. D’autres qu’il contribuera à encore accroître les difficultés de mobilité dans le centre-ville de Waterloo, et plus particulièrement sur une nationale 5 déjà saturée en heures de pointe.

Ce projet immobilier, c’est celui porté par la société Bemap Immo pour le compte d’Eaglestone qui entrevoit la construction, en lieu et place de la galerie du Petit Paris, d’un complexe de logements et de commerces à l’angle du boulevard Rollin et de la chaussée de Bruxelles, juste en face de l’actuel Delhaize de la cité du Lion.

Pas mal de controverses

Au total, pas moins de 65 appartements et 8 commerces sont prévus dans le projet qui arbore, sur quatre étages, des courbes audacieuses et modernes, qui tranchent avec le bâti actuel de Waterloo. Le tout accompagné de 89 places de parking. Au total, le nouveau complexe s’étendrait sur une superficie de 10 400 m² et aurait un bardage bois-béton relativement élégant.

L’enquête publique ne se terminera que le mardi 29 août prochain mais le projet suscite déjà pas mal de controverses au sein de la commune waterlootoise. Notamment en raison de l’augmentation de trafic que ce projet pourrait générer s’il venait à se concrétiser. "Cela concourt à encombrer encore plus les rues déjà saturées, précise ainsi un Waterlootois sur le blog citoyen de Tanguy de Ghellinck. Waterloo devient un enfer pour les automobilistes ! Trop d’habitants n’est pas un but louable. Il faut surtout se limiter à une qualité de vie qui disparaît à cause de la surpopulation."

Fin de chantier prévue en 2019

Sur les réseaux sociaux, la tendance est la même. "Il serait utile de penser à la mobilité au lieu de construire des appartements !, indique ainsi Emmanuelle sur Facebook. Avez-vous déjà essayé de traverser Waterloo un samedi ?"

Et une autre de poursuivre : "Waterloo devient un Bruxelles-bis. Même si plusieurs quartiers restent beaux et agréables à vivre, dès qu’on met les pneus sur les chaussées, on est pris dans des bouchons et on ne trouve pas facilement de place de parking… malgré les 1 000 places annoncées sur plusieurs panneaux."

Les promoteurs espèrent obtenir rapidement le permis nécessaire à la réalisation du projet, qui a aussi ses défenseurs parmi les Waterlootois, pour lancer les travaux au premier trimestre 2018. Avec une fin de chantier à la fin 2019.