Brabant Le nouveau plan de circulation associé à la rentrée des classes : un cocktail détonnant.

Les automobilistes qui ont emprunté la chaussée de Jodoigne ce mardi matin, en vue de rejoindre la nationale 25, ont été contraints de prendre leur mal en patience. Entre le hameau de Cocrou et le centre du village, il fallait parfois compter 45 minutes pour parcourir deux kilomètres !

La raison ? Les autorités communales testent actuellement un plan de circulation pour empêcher la circulation de transit de se répandre dans les rues non appropriées du centre de Grez. Si les aménagements ont été lancés durant les congés de printemps, la rentrée des classes et le retour au travail de nombreux vacanciers ont, forcément, augmenté largement le trafic ce mardi. Et le résultat ne s’est pas fait attendre : d’importants bouchons !

"J’habite sur la chaussée, indique Christine. Ce matin, c’était infernal. Une file interminable dès 7h30 et qui s’est prolongée jusqu’aux environs de 9h30 ! Et pendant ce temps, des moteurs qui tournent, des gaz d’échappements qui empestent, des coups de klaxon ou d’accélérateur et la musique à fond dans certains véhicules…"

Panneaux de circulation locale non respectés

Autre effet, les usagers les plus inciviques quittent la chaussée pour passer par Cocrou avant de reprendre leur chemin normal une fois arrivé à Grez-centre, ne respectant pas la signalisation de circulation locale. Et souvent, en roulant à une vitesse exagérée !

"Oui, il y a eu de plus longues files jusqu’au bois de Beausart ce mardi matin, admet l’échevin Luc Coisman. Mais voyons à long terme pour pouvoir faire des moyennes. Je demande un peu de patience, le temps que les nouveautés soient intégrées et que des observations de comportement puissent être faites."