Brabant Une vétérinaire d’Hélécine forme aux gestes qui sauvent.

La plus grande hantise des propriétaires d’animaux domestiques est sans doute celle de ne pas savoir réagir lorsque leur animal de compagnie est en détresse voire en danger de mort. Un os qui reste coincé dans la gorge, une fracture ouverte après un accident avec une voiture, une crise cardiaque… Il est souvent difficile de savoir comment réagir.

D’autant plus que l’anatomie d’un chat ou d’un chien est différente de celle de l’homme. Et qu’un geste mal exécuté peut parfois aggraver une situation déjà délicate.

D’où l’initiative prise par Virginie Derbaudrenghien, vétérinaire à Hélécine, qui a décidé d’organiser des formations de premiers secours pour chiens et chats.

En attendant le vétérinaire

"Plusieurs propriétaires d’animaux m’avaient soumis cette idée mais celle-ci a réellement germé lorsque le jeune labrador d’un client s’est étranglé avec une noix, explique l’Hélécinoise. Il jouait avec la noix dans un jardin et l’a avalée. Elle est restée coincée dans sa gorge. Quand je suis arrivée sur place, dix minutes plus tard, il était déjà mort. Si on avait pu lui administrer les premiers soins, il aurait sans doute survécu."

Virginie Derbaudrenghien a donc décidé de mettre sur pied ces fameux ateliers destinés à apprendre aux maîtres les gestes qui sauvent en attendant l’arrivée du vétérinaire. "Un peu comme cela se pratique pour l’être humain, précise Virginie. On n’a souvent pas le temps d’attendre les secours pour faire un massage cardiaque, par exemple. Sauf que si on ne sait pas où se trouve le cœur d’un chat, il est difficile d’agir efficacement. De même, on ne fait pas un massage cardiaque sur un chat comme sur un chien. Il faut connaître les bases pour intervenir sans risquer de créer des lésions sur d’autres organes."

"Bobothérapie"

Lors de ces formations, Virginie apprend aux participants la "bobothérapie", à savoir l’exécution des gestes qui sauvent pour des blessures allant jusqu’au trauma (patte cassée, par exemple), puis les pathologies d’urgence comme les envenimations, les réactions allergiques suite aux piqûres de guêpe ou les brûlures sévères. "Avec l’été qui arrive, les sorties sont plus nombreuses et l’exposition aux risques aussi. Avec cette formation, les gens apprendront comment réagir en fonction de la gravité de l’urgence."

La prochaine formation aura lieu ce dimanche à Haasrode, la suivante à Bruxelles, le 7 mai. A l’heure actuelle, ces formations sont axées sur les chiens et chats mais il n’est pas exclu de les ouvrir à d’autres animaux. Toutes les personnes en contact (propriétaires, toiletteurs, éleveurs…) avec ces animaux peuvent y participer.