Brabant  Le parti veut être dans la future majorité provinciale, au lendemain des élections.

A l’exception d’Hélécine, "nous espérons être présents dans 26 communes du Brabant wallon, lors des prochaines élections communales et si possible, siéger dans une majorité", a indiqué Hadelin de Beer, l’un des quatre coprésidents d’Ecolo BW, hier matin.

Des alliances préélectorales

"Dans certaines communes comme Ottignies-LLLN, Tubize, Nivelles, nous voulons poursuivre le travail déjà accompli. A la Province, nous espérons également rentrer dans une majorité. A l’inverse, si nous nous retrouvons assis sur les bancs de l’opposition au lendemain du 14 octobre, alors nous tenterons une opposition constructive, c’est-à-dire dure, mais juste et correcte", a enchéri celui qui est aussi président du conseil communal à OLLN.

Cependant, pour prétendre au pouvoir dans certaines communes, des alliances préélectorales devront être mises en place. "S’il y a un accord préalable, alors il sera rendu public avec le texte cosigné par les partis de l’alliance. Nous ne voulons aucun accord secret comme certains le réclament", poursuit Hadelin de Beer.

La charte du développement territorial

Par ailleurs, les verts brabançons ont présenté un nouvel outil qu’ils tenteront de mettre en place s’ils parviennent à une majorité : la charte du développement territorial. "L’idée vient de la commune d’Enghien où le bourgmestre est également un écologiste, Olivier Saint-Amand. Dès 2012, et à partir d’une feuille blanche, le collège et les citoyens ont établi une charte pour donner un cadre urbanistique à leur commune. On note par exemple autant d’espaces, des engagements en termes de mobilité ou d’urbanisme. Et, lorsqu’un promoteur veut construire sur le territoire, il est obligé de se soustraire aux règles inscrites dans la charte", indique le Tubizien Laurent Heyvaert.

Il en sera de même au niveau provincial s’ils accèdent au pouvoir. Ecolo veut se doter d’un outil pour avoir "une vision claire sur l’ensemble du territoire".

"Il faut organiser les territoires de l’Ouest et de l’Est du BW, où la pression est déjà plus forte qu’ailleurs, pour permettre à leurs habitants de se déplacer facilement et d’avoir accès aux écoles, aux commerces, etc.", a conclu Hadelin de Beer. Gatien Lambert