Brabant Les plus de 60 ans sont les plus touchés par la problématique.

Le prestataire de services Acerta a mené une étude sur le taux d’absentéisme pour cause de maladie auprès de 40.000 entreprises privées de Belgique. Avec un constat particulièrement alarmant en Brabant wallon : l’absentéisme de longue durée - soit de plus d’un an - a grimpé de 31,5 % en à peine quatre ans.

Selon Olivier Marcq, juriste pour le groupe Acerta, c’est principalement la tranche des plus de 60 ans qui est touchée par la problématique. Ainsi, en Brabant wallon, 14,33 % des travailleurs appartenant à cette catégorie d’âge sont absents pour longue durée. "Auparavant, les travailleurs pouvaient prendre leur prépension à 58 ans, confie Olivier Marcq. Aujourd’hui, l’âge de la prépension est passé à 62 ans. Or, de plus en plus de travailleurs qui arrivent en bout de carrière sont usés. Et sont donc plus souvent touchés par la maladie ou les douleurs chroniques (mal de dos, problèmes articulaires ou musculaires…) qui les éloignent du travail."

Or, selon Acerta, ces travailleurs sont une plus-value pour les entreprises. "Les employeurs ont de plus en plus de mal à trouver du personnel qualifié et expérimenté. Or, le personnel âgé a beaucoup d’expérience à transférer. Et ils ne peuvent le faire lorsqu’ils sont absents. Résultat : la surcharge de travail se fait ressentir sur les jeunes qui doivent palier l’absence de leurs aînés."

Alléger le travail des personnes agées

La société moderne et les conditions de travail actuelles risquent de ne pas améliorer les choses. Certaines entreprises travaillant en flux tendu au niveau du personnel, la moindre absence est préjudiciable pour les autres travailleurs. Et le burn-out a fortement tendance à se multiplier.

Selon Acerta, les entreprises devraient mieux prendre en considération ce phénomène sous peine de voir le burn-out se développer en cascade. Un individu partant en congé maladie, transfère son boulot sur les épaules d’un autre travailleur qui lui aussi peut partir en burn-out et remettre tout le travail accumulé sur le dos d’un autre travailleur. Etc. "Les entreprises devraient mieux prendre en considération la surcharge de travail. Et peut-être alléger le travail des personnes âgées. Pourquoi pas en les assignant à la formation des nouveaux travailleurs pour leur transmettre leur expérience."

A noter que le taux d’absentéisme augmente selon la grandeur de l’entreprise. Ainsi, pour les entreprises de plus de 100 travailleurs, le taux d’absentéisme pour longue durée est proche de 7,2 % en Brabant wallon. "La nouvelle réglementation en matière de réinsertion permettra, nous l’espérons, de réduire progressivement le nombre de cas de maladie de longue durée, précise Olivier Marcq. Elle peut renverser la vapeur. Mais allons-nous abandonner les actuels malades de longue durée alors que nous faisons face à une pénurie sur le marché de l’emploi ? Ces gens ont encore du talent. Ces groupes de travailleurs comprennent des personnes qui saisiraient une nouvelle opportunité réalisable si elles y étaient encouragées."