Brabant

La Fédération des maisons de jeunes a encouragé ses membres, l’an dernier, à élaborer des projets individuels verts, à les mettre en œuvre et à mettre en commun l’expérience ainsi engrangée.

Certains ont ainsi fabriqué une éolienne, construite en torchis, et à Braine-l’Alleud, le Prisme a imaginé… de brasser sa propre bière.

Une trentaine de jeunes ont participé au projet, lancé en novembre. C’est que le processus prend du temps, et les responsables n’ont pas fait les choses à moitié : des visites dans des brasseries ont été programmées.

Ensuite, dans les locaux de la MJ, on a joué avec les grandes casseroles, les tuyaux et les tonneaux de 20 litres. Il a fallu s’informer sur les recettes, maîtriser la fermentation, ajouter les bonnes quantités de sucre et de levure… "En réalité, ce n’est pas très compliqué, explique Christophe Maréchal, l’animateur chargé du projet. Mais il faut être rigoureux. Pour le résultat, on n’avait pas vraiment de prétention, mais on est plutôt satisfaits. La pils est un peu fruitée, cela peut être une chouette bière d’été. Et la triple n’est pas très amère, elle peut s’apparenter à une sorte de Leffe."

Une responsabilisation à l’abus d’alcool

Au total, 100 bouteilles ont été produites. Et les jeunes ont personnalisé les étiquettes qui ont été apposées dessus. Chaque participant au projet a son étiquette où figure une photo de lui.

A partir de là, le nom de la nouvelle bière coulait de fût : elle s’appelle La Tronche. Sur certaines bouteilles, on voit pourtant une tête de mort. "Il y en a quelques-unes : ce sont les bouteilles dans lesquelles on a mis le fond de la cuve", se marre Christophe Maréchal.

L’expérience a en tout cas enthousiasmé, et le Prisme compte la rééditer régulièrement. "Certains assimilent jeunes et alcool, et c’est un problème qu’on ne veut pas contourner, confie Thierry Voué, le directeur de la maison des jeunes Le Prisme. Ici, on en parle. Il n’y a pas d’alcool fort mais la consommation de bière n’est pas interdite. On respecte la loi, évidemment. Et surtout, on offre un cadre qu’on ne trouve sans doute pas dans les cafés. On sensibilise les jeunes à une consommation responsable."

Car, de toute façon, l’alcool est familier chez les jeunes. "On est en Belgique et qu’on le veuille ou non, la bière fait partie de notre patrimoine. En fabriquer nous-mêmes, c’est s’inscrire dans cette culture, avec en plus un état d’esprit Do it yourself et de consommation en dehors des circuits commerciaux."

A noter, enfin, que le Prisme ne se contente pas de créer de la bière. "Tout a commencé par la fabrication de jus de pomme. On a acheté une presse cet automne, on a cueilli des pommes chez des habitants… C’est une chouette dynamique qui s’est mise en place."