Brabant

Après une vingtaine d’années de procédure, le gouvernement wallon validait, en octobre dernier, la modification du plan de secteur Wavre-Jodoigne-Perwez, permettant de changer l’affectation d’une centaine d’hectares de terres agricoles en zone d’extraction, entre Chaumont-Gistoux et Walhain.

L’objectif était de permettre aux entreprises Hoslet de poursuivre l’exploitation des sablières du site dit des Turluttes et d’ainsi pérenniser sur 30 ans l’emploi pour plus d’une centaine de personnes. Et bien plus si l’on compte les emplois indirects (Horeca,…) de la région.

Demande de permis d’urbanisme en vue

Aujourd’hui, on est en train de franchir la deuxième phase du projet d’extension des sablières. Les entreprises Hoslet comptent en effet introduire une demande de permis d’urbanisme d’ici quelques mois pour aménager le site, à cheval sur Chaumont-Gistoux et Walhain. Mais auparavant, une étude d’incidences sur l’environnement doit être réalisée. Et, le 21 septembre prochain, une réunion d’information préalable à l’étude d’incidences se tiendra au sein du centre sportif du Ronvau, à Chaumont-Gistoux.

L’occasion pour les entreprises Hoslet de présenter leur projet. Car l’objectif n’est pas seulement d’extraire du sable mais bien d’y déménager le truck-wash et le siège social, actuellement implanté dans le centre de Gistoux.

Tout déménager

Concrètement, les entreprises Hoslet créeront une voirie permettant de relier le site des Turluttes (à proximité de la rue du Bois Matelle) à la N243a et enfin l’E411. Ceci pour réduire considérablement le charroi de transit sur la chaussée de Huy (N243).

Par ailleurs, outre le déménagement des bureaux et du truck-wash, l’objectif est d’accueillir aux Turluttes, les parkings et ateliers, une centrale à béton, une unité d’ensachage, un concasseur mobile, un centre de tri de déchets inertes et une unité de valorisation de terres et cailloux.

Un nouveau site dans deux ans

Si les démarches administratives se déroulent sans accrocs et donc sans recours, l’extraction du sable du nouveau site pourrait débuter d’ici deux ans. Ensuite, les entreprises Hoslet évacueront une moyenne de 3 hectares de sable par an durant 30 ans.