Brabant Si certains riverains peuvent être pointés du doigt, l’entrepreneur a commis des erreurs !

Que faire lorsqu’on asphalte une rue et qu’un véhicule gêne ? On le contourne pardi ! Et tant pis si au bout du compte, l’asphaltage n’est pas réalisé correctement…

Et puis, pourquoi perdre du temps lorsqu’on se trouve à l’emplacement d’un avaloir ? On le recouvre et il finira bien par se dégager tout seul, qu’importe si l’eau ne s’y écoulera plus pendant un laps de temps…

Imaginez dès lors la tête des habitants de la rue de Wavre à Gistoux et des utilisateurs empruntant cette petite voirie ! Une fois l’étonnement passé, c’est la colère qui anime certains et, forcément, du côté des autorités communales, on n’a pas le sourire non plus.

Quelqus éléments de réponses sont néanmoins à signaler. Selon les autorités communales, les riverains ont tous été informés du chantier et de la nécessité de déplacer son véhicule le jour de l’asphaltage. Visiblement, certains n’y ont pas prêté attention.

À moins qu’ils n’étaient en vacance le jour J en ayant laissé le véhicule à Gistoux… L’entrepreneur en charge des travaux aurait dû, en principe, appeler la police pour qu’elle vienne constater les faits et, en fonction de son appréciation, faire dépanner ou non le véhicule gênant.

Visiblement , cela n’a pas été le cas, selon les informations recueillies. Autre grief, les avaloirs bouchés ou encore la qualité de l’asphaltage et sa précision à de multiples endroits. Et là, visiblement, la société en charge des travaux n’est pas exempte de tout reproche.

Le collège communal n’a pas tardé à réagir et a directement pris contact avec la société mais hélas, celle-ci a accompli les travaux juste avant le début des congés du bâtiment. Ordre lui a été donné de venir corriger le tir dès la reprise du travail dans le secteur, c’est-à-dire fin août début septembre…