Brabant Brabant wallon

S

i la Province du Brabant wallon n’a pas de compétences spécifiques en matière de mobilité - celle-ci étant entre les mains de la région et des communes -, les autorités provinciales se disent toutefois très soucieuses de la problématique. Et notamment en ce qui concerne la mobilité douce. Chaque année, on recense, en Belgique, entre 120 et 140 accidents mortels impliquant un cycliste.

Et la Jeune Province a eu à déplorer de nombreux décès d’usagers de la petite reine ces dernières années. Parfois en raison de l’inexpérience du cycliste ou d’un équipement inadéquat, parfois à cause des automobilistes. Parfois aussi en raison de l’état des routes. Un constat qui n’empêche pas Marc Bastin, député provincial en charge de la mobilité, de faire les louanges de ce moyen de locomotion. "C’est un moyen de circulation très intéressant", explique-t-il. "Il est rapide car on s’arrête moins souvent qu’en voiture. L’essayer, c’est l’adopter."

Depuis quelques années, la Province s’inscrit dans un partenariat privilégié avec ProVélo, une association créée en 1992 et dont l’objectif est de promouvoir l’usage du vélo en menant des actions financées, à raison de 62.000 € par an par la Province du Brabant wallon. Une Province qui veut davantage sécuriser la pratique du vélo en Brabant wallon. "Pour cela, il n’y a pas de miracle", confie Marc Bastin. "Faire un marquage au sol et simplement dire au cycliste qu’il est en sécurité, ça fait peur. Ça ne suffit pas."

D’où la volonté de la Province de numériser l’atlas des chemins et sentiers du Brabant wallon. Objectif : développer un itinéraire cyclable qui permette au cycliste d’aller d’un point A à un point B en minimisant sa présence sur les routes empruntées par les autres véhicules. "Il y a, en Brabant wallon, un incroyable maillage de voies vertes et chemins. Il faut donc créer des itinéraires de base pour permettre au cycliste d’évoluer un maximum en site propre. Évidemment, cela ne pourra pas se faire partout. Il faudra donc sécuriser un maximum les endroits réputés comme dangereux où le cycliste côtoie la voiture. Et pas se contenter de simples marquages au sol et de panneaux !"

Et le député provincial de rappeler qu’en 2012, la Province a financé, à hauteur de cinq millions d’euros, la rénovation et la création de pistes cyclables sécurisées en Brabant wallon.