Brabant

C'était un homme intelligent, droit et honnête. Un érudit d'histoire, mais il était aussi passionné par la bataille de Waterloo, moins par Napoléon que par l'ambiance qui régnait à cette époque-là."

Jean-Claude Waver, de Waterloo, avait les larmes aux yeux en évoquant la disparition, dans la nuit de lundi à mardi, durant son sommeil, de son ami Jacques Logie, 69 ans, une personnalité libérale importante du Brabant wallon puisqu'en tant que président de la chambre provinciale de la commission des monuments et sites, toutes les décisions de classement de la Jeune Province passaient entre ses mains. Docteur en droit, il avait commencé sa carrière politique à Plancenoit en devenant conseiller puis échevin. Entrant ensuite dans la magistrature, il grimpera jusqu'à finir sa vie professionnelle en tant que vice-président du tribunal de commerce de Bruxelles. Et de revenir comme conseiller à Lasne, d'abord avec le MR, puis au sein de l'Alternative communale qu'il avait menée lors des dernières communales. Auteur de plusieurs ouvrages, il avait entrepris à la fin de sa carrière de mener des études à la Sorbonne, où il reçu le titre de docteur es lettres.

Ces derniers temps, il s'occupait du projet de revalorisation du champ de bataille de Waterloo. "Lundi après-midi, nous avions encore débattu du certificat de patrimoine, regrettait le président de l'ASBL Bataille de Waterloo. Est-ce prémonitoire ?, il a fait acter son enthousiasme pour le projet, alors qu'il avait soutenu l'action au Conseil d'Etat contre le précédent. Il venait d'apprendre que le dossier d'extension de la protection du champ de bataille, auquel il tenait, était sur le bureau du ministre..."