Brabant Deux jours au lieu de trois, mais de vrais Ecossais et de nouvelles activités.

L’an dernier, durant le week-end du 15 août, la ferme d’Hougoumont avait accueilli près de 6 000 personnes en trois jours, pour la première édition des Scottish Days. Joli succès qui demandait une suite, et elle arrive.

Mais comme ce ne sera plus le 15 août, l’événement se déroulera sur deux jours, les 19 et 20 août prochains. Un jour en moins, mais un programme plus dense et de nouvelles activités : après une première édition organisée dans une relative précipitation, les initiateurs ont entendu certaines critiques, et veulent monter encore d’un cran dans la qualité.

Une équipe venue d’Ecosse

Ainsi, la démonstration de highland games fait place à une véritable compétition, qui sera étalée sur deux jours et opposera cinq équipes de nationalités différentes, dont une qui arrivera d’Ecosse et qui comprend un champion du monde. Cela s’annonce impressionnant !

Autre activité qui vaudra le détour, un concours international pour les bergers. L’an dernier, les exploits des border collies conduisant une petite troupe de moutons avaient fait l’admiration des spectateurs.

Les deuxièmes Scottish Days serviront cette fois de cadre à un concours international, et les meilleurs chiens démontreront leur talent face à 120 moutons. Comme les championnats d’Europe sont organisés une semaine plus tard, certains compétiteurs viendront faire les derniers tests à Hougoumont : le concours compte déjà plus de 60 inscrits !

Le marché des artisans étoffé

Peu connus et pourtant essentiels pour comprendre l’Ecosse, certains clans seront représentés sur place, et le public pourra discuter avec les membres, en assistant par exemple à une cérémonie du haggis.

Le marché des artisans s’annonce également étoffé : les trois stands que l’on trouvait sur le site en 2016 passeront à une quinzaine. Notamment celui de la couturière qui viendra d’Ecosse pour expliquer la fabrication des kilts qu’elle coud pour le clan Hay. Et on gardera évidemment ce qui a fait le succès de la première édition, comme les danses, les pipe bands, et l’organisation - sur réservation - des mariages clandestins.