Brabant

Le syndicat des étudiants locataires louvanistes (Syello) a décidé de mettre la pression en assignant en justice - après que toutes les tentatives d’accord à l’amiable ont été tentées - les agences immobilières qui ne respecteraient pas le droit des étudiants. "Jusqu’ici, dans le but de garder de bonnes relations avec ces agences immobilières, nous avons toujours tenté de trouver des solutions avec celles-ci, confie Johan Verhoeven, président du Syello. Mais certaines ont des pratiques abusives illégales qui nuisent énormément aux intérêts des étudiants locataires. Cela ne pouvait plus durer."

Mercredi dernier, le Syello accompagnait en justice de paix une étudiante victime de pratiques abusives d’une agence néolouvaniste. Et le syndicat estudiantin a obtenu gain de cause. "L’étudiante en question avait souscrit un bail pour un logement mais, avant même d’emménager, elle a trouvé mieux ailleurs. Elle a donc résilié son bail et payé les indemnités prévues. Mais l’agence immobilière rechignait à lui rembourser la garantie locative, mettant en avant des dégâts dans le kot. Or, elle n’y avait jamais mis les pieds."

Après plusieurs démarches infructueuses et autant de mois de palabres inutiles, l’étudiante, accompagnée par le Syello a assigné l’agence concernée en justice. "Et, comme nous avions un dossier béton et sans doute pour éviter une mauvaise publicité, l’agence a finalement restitué la garantie locative ainsi que les frais de résiliation de son bail à titre de geste commercial." Une décision qui conforte le Syello dans sa position. "Si assigner les agences immobilières en justice est la seule façon de leur faire comprendre qu’elles doivent respecter les droits des locataires, nous n’hésiterons plus à le faire."