Brabant Le plan social est finalisé mais reste suspendu à une possible reprise de l’usine.

La direction de 3M et les syndicats se sont vus une nouvelle fois, hier à Nivelles, dans le cadre de la procédure Renault enclenchée l’an dernier avec l’annonce de la volonté du groupe de fermer son site aclot. Depuis, c’est le suspense pour les 107 travailleurs et cela devrait encore durer trois ou quatre semaines.

Les syndicats, hier, ont finalisé le plan social qui était en discussion depuis le début de l’année. Un plan social assez classique, avec une possibilité pour les plus de 56 ans de partir en prépension - à condition d’obtenir une dérogation du SPF Emploi - et des indemnités de départ pour ceux qui seront licenciés. Le texte prévoit aussi une "prime de transition" qui sera payée aux travailleurs si l’usine est reprise et qu’ils retrouvent leur emploi. Et c’est l’espoir des syndicats.

Deux possibilités

On sait en effet que fin 2017, deux repreneurs sérieux avaient jeté l’éponge et à l’époque, plus grand monde ne croyait à une reprise. Puis, deux nouveaux candidats se sont fait connaître et les pourparlers sont toujours en cours avec la direction de 3M. D’après les informations reçues hier par les représentants des travailleurs, les choses devraient être beaucoup plus claires dans trois semaines ou dans un mois. "Parmi les deux candidats repreneurs qui sont toujours en lice figure un groupe international qui semble avoir un projet solide, indique le permanent CSC Lahoucine Ourhibel. C’est le candidat qui a la préférence des représentants des travailleurs, mais ce n’est pas nous qui menons les discussions… Quoi qu’il en soit, les pourparlers sont assez avancés et on devrait en savoir plus dans un mois maximum, peut-être même avant."

Deux possibilités sont dès lors ouvertes : si la reprise est confirmée dans ce délai, certains travailleurs - les détails ne sont pas communiqués à ce stade par les parties - conserveront leur emploi. Par contre, si les discussions capotent dans les prochaines semaines, l’usine fermera purement et simplement et le plan social qui a été finalisé mardi s’appliquera aux travailleurs.