Brabant C’est la proposition qui a été lancée notamment par Bernard Catala (MVW)

Réuni en groupe de travail avec Olivier Vanham, Benoît Thoreau et Cédric du Monceau, Bernard Catala, conseiller communal MVW à Waterloo, lançait l’idée suivante : pourquoi ne pas faire passer la N5 entre Mont-Saint-Jean et Genappe à quatre bandes ? "Attention, contrairement à ce que certains disent, on ne demande pas un retour en arrière du temps où la N5 était déjà à quatre bandes et qu’elle était particulièrement dangereuse."

Mais alors, concrètement, quelle est la solution proposée ? "Nous demandons un aménagement sécurisé avec, dans chaque sens, une bande réservée aux voitures et aux camions et une seconde bande réservée aux bus, aux voitures partagées, aux taxis et éventuellement aux tracteurs avec une signalisation adaptée bien évidemment."

Une solution qui permettrait, d’après Bernard Catala, de fluidifier le trafic et de le sécuriser. "Actuellement, lorsque l’on se trouve derrière un tracteur, c’est extrêmement dangereux de tenter de le dépasser. De plus, les zones où l’on peut le faire sont courtes et accidentogènes. La solution serait donc de mettre la N5 à quatre bandes avec une berme centrale pour sécuriser le tout, ce qui n’était pas le cas dans la situation antérieure. Maintenant, il faudrait aussi voir ce qu’il en est au niveau des vitesses qui seront autorisées. Ce n’est donc pas du tout un retour en arrière."

Un projet ambitieux qui devrait aussi coûter pas mal d’argent s’il devait se réaliser. "Il y a de l’argent mais le tout, c’est de l’utiliser en fonction des priorités. Je ne suis pas d’accord avec les gestionnaires de la Région wallonne qui n’attribue au Brabant wallon que la proportion du budget égale au nombre d’habitants. Il faut le faire en fonction du trafic et on sait que Braine-l’Alleud et Waterloo sont les portes d’entrée de Bruxelles. On parle ici tout de même d’un trafic régional, national et international", conclut le conseiller communal waterlootois, Bernard Catala.