Brabant

C’était en avril 2015, à l’occasion des festivités de la Saint-Georges à Grez-Doiceau. Ce week-end là, six Gréziens officialisaient un projet de deux ans de travail : une monnaie locale.

Les premières acquisitions et transactions du Blés (Bon local pour économie solidaire) étaient lancées. Depuis, ce sont 117 paiements pour 95 000 Blés (équivalent euros) qui démontrent que le projet est bel et bien actif ! "On est à présent motivés à dynamiser davantage le Blés, indique Danielle Rouffart . Cela veut dire qu’il nous faut trouver de nouveaux prestataires mais aussi booster les utilisateurs actuels en vue de développer le système mis en place."

Nombreux projets

Pour les initiateurs du projet, utiliser les Blés, c’est faire des filières mais aussi mieux permettre aux prestataires locaux de fonctionner. "Le but est de stimuler l’économie locale, de redonner de la richesse, de faire des économies de transport, de créer ou maintenir l’emploi local !"

Un Blés s’échange à un euro. Les projets sont nombreux. "Nous avons lancé l’e-Blés, afin d’effectuer les paiements de manière électronique. Mais nous n’en sommes pas encore au stade des cartes, sur GSM ou autre digipass ! Nous souhaitons par contre imaginer un système de micro-crédits. Nous désirons venir en aide à des projets de petits développements des prestataires. En fonction du projet, sur base d’un dossier rentré, on déterminera la crédibilité et nous déciderons si cela tient la route pour le financer en tout ou en partie !"

Si le Blés est instauré à Grez-Doiceau, il vient de se développer à Chaumont-Gistoux également. "Notre monnaie locale se doit d’accepter les villages autour de nous. La filière doit être la plus large possible sur une zone la plus restreinte qu’il soit. C’est une volonté aussi pour développer le Blés. Lorsque l’on est dans le milieu de l’argent, on touche à un tabou. Ce n’est pas facile d’expliquer aux gens notre fonctionnement." De nouveaux bénévoles sont également recherchés. "L’équipe actuelle est de 5-6 personnes. S’étoffer est nécessaire !"