Brabant

Ils sont encore quinze! «Ils», ce sont les pensionnaires du Nodrenge, la maison de repos de Marilles dont la Région wallonne, via la ministre Vienne, a retiré l'agrément le 31mai. Depuis, une par une, les personnes âgées tentent de se recaser ailleurs.

Autrement dit, la structure fonctionne dans l'illégalité. Et elle risque bien de continuer encore quelque temps. C'est en tout cas ce qu'il ressort de la réunion qui s'y est déroulée samedi matin en présence de la directrice, du personnel encore concerné, du bourgmestre d'Orp-Jauche Jean Pirsoul mais aussi des résidents et de leurs familles.

«Ne vous tracassez pas», a ainsi déclaré le mayeur aux locaux. «Nous cherchons une solution pour que tout se passe le plus calmement possible. Et puis, la décision de la ministre date de fin mai et nous sommes en juillet. Attendons donc de voir à quoi aboutira le recours au Conseil d'Etat de Mme la directrice. Maintenant, cela reste le statu quo. Tout le monde reste ici.»

À noter que les pensionnaires du Nodrenge - comme leurs proches - sont toujours inquiets et mécontents. Combien de fois n'ont-ils pas clamé leur indignation devant la décision de Christiane Vienne: «Elle nous pense en danger mais ne se préoccupe pas de nous recaser», «Nous n'avons rien à reprocher à notre directrice», «C'est un geste politique inadmissible! Venant d'une femme, en plus! Elle devrait se poser en conciliatrice. Et dire qu'elle appartient à un parti qui se dit social.»

Malheureusement pour la qualité du débat, la ministre n'avait pu rallier Marilles samedi. La députée fédérale Véronique Ghenne, également socialiste par ailleurs, a alors relayé les propos de Christiane Vienne: «Elle m'a dit avoir toujours voulu protéger les pensionnaires et ce, avant qu'il n'y ait un gros problème.»

Des propos qui, bien qu'ils n'étaient que relayés en toute neutralité, ont provoqué un «tollé» quasi général.

Les participants ont finalement convenu de se revoir dans deux semaines pour refaire le point de la situation. En attendant, parallèlement, que le recours aboutisse dans un sens ou dans l'autre et qu'on y voit plus clair quant à la suite du dossier.

© La Libre Belgique 2006