Brabant Le pet-sitting a le vent en poupe dans la région, où les prix y sont parmi les moins chers.

Chaque année durant les congés estivaux, c’est la même rengaine : de nombreux animaux de compagnie atterrissent dans des refuges après avoir été lâchement abandonnés par des maîtres peu scrupuleux qui préfèrent délaisser leurs chiens, chats et autres animaux pour se dorer la pilule au soleil.

Chaque année, ce sont près de 60 000 bêtes qui sont ainsi abandonnées. Résultat : les refuges animaliers sont saturés. C’est notamment le cas du refuge Sans Collier de Chastre qui affiche aujourd’hui complet. "Chaque année, ce sont 25 % d’abandons en plus que l’on recense durant l’été", nous confiait le directeur du refuge, Sébastien De Jonge.

Alternatives

Parmi les alternatives à l’abandon, on retrouve le pet-sitting qui consiste soit en la garde de l’animal au domicile du pet-sitter, soit en une visite plusieurs fois par jour au domicile des vacanciers pour nourrir et promener le chien.

"La garde chez le pet-sitter est la solution la plus prisée par les propriétaires d’animaux et représente 50,91 % des demandes", précisent les responsables de Yoopies, la première plateforme de services à domicile en Europe. Viennent ensuite les visites et promenades (29 %). Enfin, certains propriétaires (20 %) privilégient la garde totale à leur domicile."

Des alternatives qui ont un coût qui peut fluctuer selon la région. Et assez étonnamment, les prix pratiqués en Brabant wallon seraient parmi les moins élevés, selon les statistiques développées par la plateforme Yoopies, avec un coût journalier de 7,68 €. "Pour l’été 2017, les tarifs de pet-sitting peuvent varier de près de 100 % d’une région à l’autre ", complètent les responsables de Yoopies.

Un chiffre qui grimpe jusqu’à 17,60€ à La Louvière. A l’inverse, à Bruxelles, les maîtres ne payeront que 11,83€ par jour.

Le pet-sitting a en tout cas le vent en poupe en Brabant wallon. Chaque année, le nombre de maîtres y faisant appel augmenterait entre 5 et 10 %. Habitante de Braine-l’Alleud, Julie s’est lancée dans le pet-sitting il y a quelques mois. Et y trouve de nombreux avantages. Dont le premier est évidemment une rentrée d’argent pour celle qui est encore étudiante. "J’adore les animaux, confie-t-elle. Je suis d’ailleurs étudiante en médecine vétérinaire. Au final, l’argent récolté me permet de gagner quelques sous pour partir en voyage ou pour soulager mes parents en finançant moi-même les dépenses liées aux études."

"Partir l’esprit tranquille"

Quant à Roger, fier propriétaire néolouvaniste d’un petit bouledogue français, il se dit ravit de l’expérience. "J’avoue que la première fois qu’on a laissé notre chien à un inconnu, on était un peu stressés. Mais ça s’est super bien passé. Aujourd’hui, le chien et son gardien se connaissent. Et tout se passe à chaque fois à merveille. On part à chaque fois l’esprit tranquille."